Friday, 23 June 2017

Les blousons noirs - Les rebelles sans cause réalisé par Christophe Weber



Trois anciens «blousons noirs» reviennent sur leur jeunesse, dans les années 50 et 60, évoquant une période mouvementée de l'histoire de France.

Au cours des années 50 et 60, en France, un phénomène nouveau inquiète la population. Des hordes de jeunes, vêtus de vestes en cuir, amateurs de rock'n'roll et de grosses cylindrées, sèment le désordre et se révoltent contre l'ordre établi. Les faits divers de la presse relatent les actions de ces «blousons noirs» qui semblent avoir perdu tous leurs repères moraux, se moquent de tout et ne croient en rien. Patrick, Jean-Paul et Gérard ont fait partie de ces jeunes voyous. Ils reviennent sur leur jeunesse, passée à flirter avec la délinquance juvénile et racontent pourquoi ils ont adopté cette attitude de révolte.

J'irais dormir chez vous - Cap Vert réalisé par Antoine de Maximy



Au Cap-Vert, terre d'immigration épargnée par le tourisme de masse, Antoine n'a que l'embarras du choix pour danser, chanter et avancer au gré des rencontres.

J'irais dormir chez vous - Bosnie-Herzégovine réalisé par Antoine de Maximy



Antoine de Maximy parcourt la Bosnie-Herzégovine, une ancienne région de Yougoslavie qui a pris son indépendance au prix d'une guerre dans les années 90. Aujourd'hui encore, la situation politique est complexe. A Doboj, dans le nord du pays, il rencontre Uros, qui vit chez son père. Puis Antoine se rebnd à Sarajevo, où il fait la connaissance d'une famille communiste. Il se rend ensuite à Mostar : la ville a été le théâtre de violents combats durant la guerre. Il y règne une atmosphère particulière. Le globe-squatteur termine son voyage dans la campagne.

À la découverte des mers du Sud réalisé par Christopher Gerisch



Les îles paradisiaques des mers du Sud représentent un intérêt majeur pour les scientifiques, mais sont confrontées à plusieurs défis en matière d’environnement.

Au milieu du Pacifique, les mers du Sud abritent des îles paradisiaques. Champs de lave désertiques, épaisses forêts tropicales et plages de rêve leur confèrent une beauté unique. Pour les chercheurs, cette zone dans laquelle la nature est encore en grande partie préservée constitue un véritable trésor scientifique. Afin de montrer l’incroyable diversité de cette région et présenter les défis écologiques qui la menacent, le réalisateur Christopher Gerisch s’est rendu à Hawaii, où le volcanisme joue un rôle majeur, en Nouvelle-Guinée, troisième plus grande île au monde où cohabitent un millier de tribus, en Micronésie et aux Fidji. L’intense activité volcanique sur la ceinture de feu du Pacifique, les raz-de-marée provoqués par les cyclones ou la pollution sous-marine, aux conséquences dramatiques pour l’écosystème marin, comptent aujourd’hui parmi les nombreux motifs de préoccupation dans le domaine environnemental.

Le monde mystérieux des serpents réalisé par Lee Yeon-kyu



Honnis par les uns, vénérés par les autres, les serpents occupent une place centrale dans l’inconscient collectif. Ce documentaire révèle comment différentes espèces (couleuvres, serpents-rats, cobras, serpents volants, etc.) ont réussi non seulement à s’adapter mais à prospérer dans une multitude d’environnements. Traquant les différentes façons dont ils attaquent leurs proies, leurs méthodes d'accouplement, de ponte ou d'accouchements, le film enchaîne des séquences extraordinaires tournées au Canada, en Thaïlande et en Indonésie.

Thursday, 22 June 2017

Qui a peur de la Deutsche Bank ? réalisé par Julia Klüssendorf, Stefan Jäger & Ingo Nathusius


suite


Selon un rapport du FMI, elle serait la banque la plus dangereuse du monde. La gestion de la Deutsche Bank a accusé en 2015 une perte de 6,8 milliards d'euros. Immersion en eaux troubles dans les arcanes du géant bancaire privé allemand, qui multiplie les signaux d'alarme. Avec quels risques ?

À l’été 2016, un scandale éclate à la Deutsche Bank. Dans un rapport, le Fonds monétaire international dénonce la banque allemande comme celle "qui contribue le plus aux risques systémiques pesant sur le système bancaire mondial". En d’autres termes, elle est la banque la plus dangereuse du monde. La gestion de la plus grosse banque d'Allemagne – à ne pas confondre avec la banque centrale, la Deutsche Bundesbank –, qui l'année précédente a accusé une perte de 6,8 milliards d'euros, s'en trouve plus profondément ébranlée. Nouveau coup dur, début 2017, pour ce géant de l'industrie bancaire mondiale, qui emploie plus de cent mille personnes dans une soixantaine de pays, avec un bilan de 1 600 milliards d’euros : les autorités américaines lui imposent une amende de 7 milliards d'euros pour avoir contribué à la crise financière de 2008 en accordant des subprimes, ces fameux crédits toxiques qui ont fait vaciller le système.

Trop grosse pour tomber ?
Une enquête dans les coulisses de la banque à la rencontre d'interlocuteurs de premier plan, dont le Britannique John Cryan, nommé PDG de la Deutsche Bank à l'été 2015, pour tenter de la sauver. Aurions-nous assisté jusqu'ici aux signes avant-coureurs d'un séisme en passe de s'aggraver ? La réorganisation entamée marque-t-elle un réel changement de cap, après des années de pratiques douteuses et de spéculation effrénée ? Et surtout, que peut-on craindre en cas de faillite ? Souvent comparée à feu Lehman Brothers, la banque américaine disparue dans la tourmente de 2008, la Deutsche Bank est-elle, comme l'affirment certains, "trop grosse pour tomber" (too big to fail), car capable d'entraîner dans sa chute l'ensemble d'un système financier toujours fragile ? Une immersion en eaux troubles, qui offre une vue imprenable sur les mécanismes les plus opaques de notre économie mondialisée.

Exil réalisé par Rithy Panh



Après "L’image manquante", le cinéaste franco-cambodgien Rithy Panh fouille à nouveau ses souvenirs du génocide khmer rouge dans ce film qui vogue à la frontière du rêve et de la réalité, de l’écriture documentaire et poétique.

Un très jeune homme vêtu de noir dans une maisonnette aux parois de bambou. Passent près de lui, comme en rêve, des images d'archives du Cambodge des années 1960 et du régime des Khmers rouges, une nuée de corbeaux de papier, la lune et les planètes, des photographies anciennes, une série d'objets. Parfois, la caresse d'une main féminine se pose sur la joue de cet homme enfant désespérément solitaire, tenaillé par la faim et à demi prostré. Il figure le cinéaste lui-même. Jeté à 11 ans sur les routes avec les siens et l'ensemble des habitants de Phnom Penh, lorsque les Khmers rouges s’emparent de la capitale en 1975, Rithy Panh a survécu, contrairement à une grande partie de sa famille, parvenant à fuir pour gagner un camp de réfugiés en 1979, d'où il part pour la France l'année suivante.

Méditation

Après L'image manquante, déchirante et lumineuse traversée d'une enfance brisée par la sanguinaire révolution de Pol Pot, Rithy Panh continue d'explorer sa propre mémoire à vif d'un génocide qui a fait quelque 2 millions de victimes, auxquelles il n'a cessé de chercher à rendre justice dans son œuvre. Au-delà du pays natal à jamais perdu, l'exil qu'il évoque dans ce film poème, c'est à la fois la douleur du rescapé, "mort et vif", amputé d'une partie de lui-même, la nostalgie et l'impossible deuil d'un passé anéanti, l'absence au monde qui en découle. Mais par la magie de ses mots et de ses images, le cinéma devient un langage assez puissant pour renouer le lien avec le réel, les êtres et les choses aimés. On ne cesse de creuser la terre dans Exil, des perpétuels chantiers des Khmers rouges filmés quarante ans plus tôt aux trésors exhumés un à un par le personnage principal, comme la métaphore d'un douloureux retour vers la lumière. "Tu vois, ma mère, je t'attendais…" Citant Mao Zedong, Robespierre ou Alain Badiou, mais aussi René Char, Baudelaire et Apollinaire, la voix off, écrite une fois encore par Christophe Bataille, qui a cosigné avec Rithy Panh son livre autobiographique L'élimination (Grasset), mêle avec lyrisme une réflexion sur la révolution qui dévore les vies humaines ("La pureté, c'est la terreur…") et une méditation intime où passent les souvenirs, les sensations, les sentiments.

À la conquête de l'autre rive réalisé par Sarah Laine & Emmanuelle Sudre



Dès les premiers temps de son histoire, poussé par la curiosité ou la nécessité, l'homme a mis au point des procédés de construction pour franchir les obstacles. La géophysicienne Léa Bello part sur les traces des constructeurs d'exception, pour dévoiler les secrets de l'édification d'ouvrages emblématiques et découvrir les défis que les ingénieurs ont dû relever pour construire plus haut et plus loin. Ce fim livre une enquête scientifique pour comprendre comment les hommes ont pu concevoir et édifier ces ouvrages, où s'exprime le génie humain.

Wednesday, 21 June 2017

Les gardiens des îles corses réalisé par Herlé Jouon & Antoine Laura



Cap sur la Corse et ses îles mystérieuses : des territoires minuscules posés au milieu de la mer Méditerranée qui recèlent encore bien des secrets.

Ouest américain : à la poursuite de mes rêves réalisé par Mathieu Despiau



Le réalisateur Mathieu Despiau a arpenté pendant un mois, sur 6000 kilomètres, l'ouest américain, du Nouveau-Mexique à l'Utah en passant par l'Arizona et le Nevada. Dans ces territoires où tout semble possible, existe-t-il encore des rêves inaccessibles ? Le globe-trotter, qui connaît bien les Etats-Unis, tente de poser un regard neuf sur les célèbres paysages de Monument Valley, du Grand Canyon, du Lake Powell et des déserts de l'ouest américain. Pour répondre à ses questions, il va à la rencontre des cow-boys, des amérindiens, des aventuriers et des explorateurs.

La Dordogne, de Marqueyssac à la Gironde réalisé par Michael Trabitzsch



À la découverte d'un territoire haut en couleur, dont le patrimoine riche et diversifié a gardé la beauté des siècles passés. Cet épisode nous conduit jusqu'aux jardins suspendus de Marqueyssac, aménagés sur un éperon rocheux, ainsi que sur les rives de la Vézère, aux Eyzies, dans l'étonnante grotte ornée surnommée "l'Abri du poisson".

Cet épisode nous conduit jusqu'aux jardins suspendus de Marqueyssac, aménagés sur un éperon rocheux, tandis qu’à Sarlat-la-Canéda, communément appelée Sarlat, les couvreurs réalisent, à l'aide de techniques ancestrales, des toitures en lauze, des pierres taillées dans des roches sédimentaires locales. Sur les rives de la Vézère, aux Eyzies, l'étonnante grotte ornée surnommée "l'Abri du poisson" offre au regard du visiteur le dessin primitif d'un saumon, l'une des plus anciennes représentations connues à ce jour de ce vertébré aquatique. Enfin, en Gironde, à Saint- Émilion, on perpétue la tradition séculaire de la "jurade", survivance d'un ancien droit accordé à la commune par le roi d'Angleterre Jean sans Terre.

Tuesday, 20 June 2017

Esclaves aujourd'hui en France réalisé par Géraud Burin des Roziers



Géraud Burin des Roziers enquête pour montrer à quoi ressemble l'esclavage moderne en France, comprendre ce phénomène en pleine croissance et donner la parole aux victimes.

Corvéables à merci : le scandale des bonnes asiatiques réalisé par Alexandra Jousset & Gratiane de Moustier



En Asie et au Moyen-Orient, dans l'intimité de familles impunies, plus de quinze millions de domestiques sont victimes d'esclavage. Corvéables à merci, maltraitées, parfois violées, ces femmes sont les sacrifiées invisibles de l'économie mondiale. Etats, institutions : personne n'a intérêt à ce que cela change. En Allemagne, des Polonaises payées une misère s'occupent sans limite horaire des personnes âgées que l'Etat délaisse. A Hong Kong, 18% de maids sont maltraitées. Et aux Philippines, l'argent que ces femmes renvoient au pays est si précieux que l'Etat les défend mal contre les traditions scandaleuses du Moyen-Orient : passeports confisqués par les patrons, femmes violentées et sans recours juridique. Des milliardaires du Golfe exportent ces pratiques à Londres, qui ferme les yeux.

La Dordogne - Du Massif central à la bastide de Domme réalisé par Michael Trabitzsch



À la découverte d'un territoire haut en couleur, dont le patrimoine riche et diversifié a gardé la beauté des siècles passés. La Dordogne est parsemée de grottes et de gouffres spectaculaires. Fragile écosystème à protéger, son important réseau hydrographique souterrain attire de nombreux plongeurs et spéléologues, curieux d'en explorer tous les secrets.

Traversé par la rivière Dordogne, qui prend sa source dans la chaîne des monts Dore, dans le Massif central, le département de la Dordogne est parsemé de grottes et de gouffres spectaculaires. Fragile écosystème à protéger, son important réseau hydrographique souterrain attire de nombreux plongeurs et spéléologues, curieux d'en explorer tous les secrets. Quelques kilomètres au sud-ouest du célèbre gouffre de Padirac, le village médiéval de Rocamadour s’agrippe à même la falaise, tel un nid d’aigle. Enfin, le plateau rocheux de la Domme offre une vue imprenable sur la vallée, pendant que la rivière, en contrebas, suit paisiblement son cours en direction de l’océan.

L'énigme de la tombe celte réalisé par Alexis de Favitski



Un fabuleux voyage en quête de l'ancienne et mystérieuse civilisation celtique, qui part de la découverte, en 2014 dans la banlieue de Troyes, de la tombe du "prince de Lavau". Qui était ce dignitaire pour mériter une sépulture aussi fastueuse ? Comment des pièces venant d’aussi loin ont-elles pu arriver en Champagne ?

Le "prince de Lavau" a été découvert fin 2014 dans une petite commune champenoise de la banlieue de Troyes, gisant sous un tumulus. Son squelette était paré de riches bijoux et entouré d’objets luxueux, notamment de magnifiques pièces de vaisselle grecques et étrusques. Cette découverte, l'une des plus importantes de l’archéologie européenne ces dernières années, soulève beaucoup de questions : qui était ce dignitaire pour mériter une sépulture aussi fastueuse ? Comment des pièces venant d’aussi loin ont-elles pu arriver en Champagne ? Que signifie la mise en scène de la tombe ? Les analyses indiquent que le prince de Lavau était un Celte du Ve siècle av. J.-C. Or, la civilisation celte de l'âge de fer n'ayant laissé aucune trace écrite, elle garde une grande part de son mystère. Grâce notamment à deux autres tombeaux princiers précédemment mis au jour, l'enquête révèle son organisation géopolitique, au cœur d’un réseau fluvial et routier favorisant le commerce. De fait, les objets retrouvés dans les tombes, qu’il s’agisse de bijoux en ambre de la Baltique ou de coraux de la Méditerranée, révèlent l’étendue des échanges européens pratiqués par les Celtes. "Un monde déjà globalisé", commentent les archéologues.

Drones et dessins
Pour explorer le monde mystérieux de ce fascinant peuple et de son prince défunt, le documentaire d'Alexis de Favitski alterne les interviews d’archéologues, des reconstitutions criantes de réalisme et d'époustouflantes prises de vue des paysages, captées grâce aux nouvelles caméras embarquées sur drones. L’utilisation judicieuse du dessin complète cette pédagogie très visuelle. Un palpitant voyage dans le temps de l’Europe celte.