Wednesday, 29 July 2015

Rajasthan, l'héritage des maharajahs réalisé par Éric Bacos



La fête de Holi, en Inde, est l'occasion de découvrir Udaipur avec son palais du maharajah, et Jaipur, qui célèbre le printemps avec une parade d'éléphants.

Le ballet de l'Opéra de Paris au Bolchoï réalisé par Katia Chapoutier



Retour sur le voyage de l'Opéra de Paris en Russie, les histoires humaines et les liens historiques des deux plus grands corps de ballet au monde.

Au royaume des plantes - Secrets réalisé par Martin Williams



L'observation des végétaux dans les serres de Kew permet de dévoiler les systèmes de chasse des plantes carnivores, ainsi que la pollinisation des fleurs.

Le jardin botanique de Kew, en Angleterre, abrite plus de 90 % des espèces végétales, dont de nombreuses variétés tropicales.

Thursday, 23 July 2015

Le ventre de Turin - Porta Palazzo réalisé par Stefano Tealdië



Turin s’enorgueillit du plus grand marché en plein air d’Europe, avec plus d’un millier d’étals répartis sur 51 300 m2 à la Porta Palazzo, et plus de cent mille clients chaque semaine. Patrie du mouvement slow food, le Piémont regorge de produits régionaux de qualité. Artichauts, oies, ricotta artisanale ou encore cerises de saison nourrissent la créativité des chefs toqués qui s’y rendent.

L'Abominable Homme des douanes réalisé par Marc Allégret



Deux bandes rivales se disputent le trafic de drogue. Un tueur américain nommé Timetti Le Muet débarque à l'aéroport de Marseille afin d'effectuer une livraison à la bande d'Arnakos. Il est dénoncé à la police, et c'est le paisible douanier Camposantos qui est chargé de son arrestation. À la suite d'une confusion, ce dernier est pris pour le tueur lui-même. Embarqué par les hommes d'Arnakos, l'innocent douanier se voit contraint de jouer un rôle plutôt inattendu.

Escapade à Hollywood réalisé par Trine Dam Ottosen & Lars Munck



Né de parents sourds mais doté lui-même d’une ouïe parfaite, le jeune Danois se réfugie très tôt dans le dessin pour s’inventer des mondes imaginaires. Devenu un artiste reconnu au Danemark, il rêve d’un monde qu’il ne connaît que par la télévision : Hollywood. Son objectif est de travailler pour un blockbuster américain. Avec beaucoup de naïveté, il se lance à corps perdu dans l’aventure et atterrit sur le dur terrain de l’ambition et du cynisme. Ce grand voyage qui devait l’amener vers le succès et la gloire le renvoie à une confrontation avec lui-même.

Un train d'exception - À la découverte des Highlands écossais réalisé par



Depuis la gare Queen Street à Glasgow, la West Highland Line serpente vers le nord, à travers les paysages verdoyants de l’Écosse et jusqu’à son terminus, la petite ville côtière de Mallaig, dans l’ouest des Highlands. On dit que c’est l’une des plus belles voies de chemin de fer au monde, et sa réputation n’est pas usurpée : deux fois par jour, ses passagers voient défiler tourbières et marais aux couleurs chatoyantes, âpres sommets rocheux, lochs profonds et côtes déchiquetées – la nature règne en maître sur cette région très faiblement peuplée. Parmi ses usagers réguliers, Finley McDonald, joueur de cornemuse réputé que la ligne amène d’un concert à l’autre, ou encore Norman McNab, authentique trainspotter : en Grande-Bretagne, la passion des trains est un véritable sport national. Parmi les étapes incontournables, le viaduc de Glenfinnan, célèbre dans le monde entier depuis qu’on a vu la locomotive à vapeur du Poudlard-Express l’emprunter dans le film Harry Potter.

Le ventre de Lyon - La Croix-Rousse réalisé par Stefano Tealdi



Le marché de la Croix-Rousse s'étire sur plus d'un kilomètre, du mardi au dimanche, toujours le matin. Lyon étant l'une des capitales françaises de la gastronomie, au carrefour de plusieurs régions agricoles, les produits proposés sont d'une qualité et d'une fraîcheur irréprochables.

Un marché de plein air qui s’étire sur plus d’un kilomètre, du mardi au dimanche, toujours le matin. Lyon étant l’une des capitales françaises de la gastronomie, au carrefour de plusieurs régions agricoles, les produits proposés sont d’une qualité et d’une fraîcheur irréprochables : viandes du Charolais, vins des Côtes du Rhône et du Mâconnais, volailles de Bresse, fromages du Dauphiné, fruits de la vallée du Rhône. Le samedi, retrouver ses amis autour d’une assiette d’huîtres et d’un verre de blanc est un must.

Pour un panier de truffes réalisé par Sylvestre Meinzer



Produit laissé il y a quelques siècles aux cochons, la truffe, qui a depuis conquis le monde, ne s'invite qu'aux meilleures tables. C'est grâce à son commerce que le Périgord s’est développé aux XIXe et XXe siècles. Mais ce fragile tubercule paysan ne résiste pas à la civilisation moderne. Sur les marchés, négociants et charcutiers ont laissé place aux touristes et journalistes, qui viennent découvrir le "diamant noir" comme on visite un monument. Mais si la truffe disparaît, son marché se mondialise, son origine se diversifie et les anciens trufficulteurs sont mis en scène, pour les besoins du commerce international. En recueillant le témoignage des acteurs essentiels de ce marché, et en le confrontant au point de vue des professionnels du marketing, le film montre comment l’image de la truffe tend peu à peu à se substituer au produit réel. Une immersion privilégiée, sous les yeux d’une ethnologue. L'occasion aussi de retrouver les protagonistes d'un numéro plébiscité de notre série Cuisines des terroirs consacré au Quercy : Marthe et Kiki, son cochon !

La plus grande famille du monde réalisé par Marita Neher



C’est en Inde que vit la plus grande famille au monde, celle du gourou Ziona Chana, qui doit subvenir quotidiennement aux besoins de ses 39 femmes et de ses 98 enfants et petits-enfants.

Au nord-ouest de l’Inde, dans l’État montagneux du Mizoram, vit le patriarche de la plus grande famille au monde : Ziona Chana, 70 ans, gourou d’une secte chrétienne qu’il a lui-même fondée. Marié pour la première fois à 17 ans, il vit aujourd’hui avec 39 femmes et pas moins de 98 enfants et petits-enfants dans un hôtel particulier du village de Baktwang. Non content d’être le chef polygame d’une église entière, il est également ébéniste et entrepreneur, procurant du travail à bien des habitants du village. Son ambition : faire de cette localité pauvre un haut lieu du tourisme de la région. Illuminé ou opportuniste ? Portrait d'une étonnante communauté dont le mode de vie ne manque pas de faire grincer quelques dents.

Le ventre de Barcelone - La Boqueria réalisé par Andrea Ferrando & Stefano Tealdi



L’entrée de la Boqueria, le marché couvert de Barcelone, donne directement sur les Ramblas, la célébrissime artère centrale de la capitale catalane. Les grands chefs toqués - comme Carles Gaig qui n’a pas son pareil pour préparer le gibier venu des Pyrénées et dont le restaurant est tout proche - s’y pressent. Les locaux ont une prédilection pour des plats simples, comme ces oignons calçots que l’on fait griller sur le feu, avant de les grignoter avec une sauce spéciale. Et pour le dessert, un détour par le bar de Juanito s’impose pour déguster des xuixos, de succulents beignets.

Qui contrôle la mer ? réalisé par Baudouin Koenig



Le commerce maritime est devenu le laboratoire mondial de l’ultralibéralisme, et la mer le berceau de toutes les dérégulations. Cette enquête dresse un panorama édifiant des pratiques des armateurs et de l'impact du "offshore" sur notre avenir.

Des cargos de plus en plus imposants déchargeant des conteneurs en nombre exponentiel dans des ports démesurés… : en démultipliant les échanges, la mondialisation a radicalement transformé le visage du commerce maritime. Le ballet incessant de 53 000 navires sur les mers du globe – plus de 90 % du commerce planétaire – est ainsi devenu une figure obligée de l'économie contemporaine. Et pourtant, le monde du shipping (de l’anglais "ship", bateau) est mal connu, voire invisible : privatisés de façon croissante, se développant à l’écart des centres urbains, les ports sont de plus en plus interdits au public. Ce qui, ajouté à la dérégulation impulsée par les armateurs, renforce l’opacité d’un univers ne révélant ses failles que lors des catastrophes, des marées noires pour l'essentiel. "Celui qui commande la mer commande le commerce ; celui qui commande le commerce commande la richesse du monde, et par conséquent le monde lui-même." S’inspirant de cette sentence de Sir Walter Raleigh, célèbre explorateur britannique du XVIe siècle, le documentaire de Baudouin Koenig multiplie les angles de vue pour radiographier un univers complexe. Des conditions de travail des marins jusqu’à l’invention des conteneurs, de Shanghai à Rotterdam en passant par le Pirée ou Marseille, Qui contrôle la mer ? éclaire les multiples facettes d'une "libéralisation heureuse" et "d’une main qui régule le profit pour le bonheur de tous"… si l’on en croit le discours lénifiant des armateurs.

Pavillons noirs sur l’avenir
Mais le scepticisme l’emporte car, dans le monde du shipping, qui impose sa loi aux États, les zones d’ombre sont nombreuses. Les trois quarts de la flotte sont enregistrés sous des pavillons de complaisance, aux couleurs de pays (les îles Caïmans, Malte, Panama, etc.) qui ont compris l'intérêt de pratiquer l’optimisation fiscale et la souplesse administrative. Ce qui rend parfois impossible l’identification des responsables en cas de naufrage. La course au profit peut pousser les navires à violer les règles en matière de sécurité et de respect de l'environnement. Le terrorisme sur mer se développe, prenant le commerce maritime comme cible d’autant plus tentante que la surveillance est quasi inexistante. Le film prend la mesure de ces données fondamentales et prédit un futur sombre : si les règles du shipping changent, cela sera uniquement après "The Big One", l’attentat ou la catastrophe qui paralysera le commerce mondial. Portée par de nombreux témoignages, une enquête approfondie sur notre avenir maritime.

Tuesday, 21 July 2015

Klee, Macke, Marc et Delaunay - Dans l'ivresse des couleurs réalisé par Martina Müller



Une exploration des échanges artistiques riches et fructueux entre Robert Delaunay et les peintres allemands Paul Klee, August Macke et Franz Marc, de 1911 à 1914.

En France comme en Allemagne, les trois années précédant la Première Guerre mondiale marquent une période d’intense vitalité artistique, ponctuée d’échanges entre peintres des deux pays. Avec ses vues éclatées de la tour Eiffel, ses compositions géométriques aux vibrations presque musicales, Robert Delaunay, sous l’influence de son épouse Sonia Terk, réintroduit dans le cubisme un travail poussé sur la couleur. Les peintres allemands Paul Klee, August Macke et Franz Marc vouent une grande admiration à ce chef de file du mouvement abstrait, à qui ils rendent visite en 1912 dans son atelier parisien. Leur travail – notamment au sein du groupe Der Blaue Reiter (le cavalier bleu) – sera durablement marqué par sa technique, ainsi que ses réflexions théoriques sur les formes, le chromatisme et les correspondances. En 1913, les quatre artistes participent à une grande exposition rassemblant l’avant-garde internationale, l’une des dernières rencontres avant que leurs pays respectifs n’entrent en guerre – Marc et Macke y laisseront leur vie. De Paris à Bonn, où s’ouvre en janvier 2014 une exposition consacrée à ces quatre artistes, ce film nous plonge dans les correspondances foisonnantes et passionnantes de ces amoureux de la couleur.

Le ventre de Florence - Mercato Centrale réalisé par Stefano Tealdi & Vincenzo Caruso



Couleurs, parfums, produits de saisons et échanges animés : les marchés sont les ventres fourmillants des villes, concentrant tout le caractère et l’histoire d’une région. Aujourd'hui, visite du plus grand marché alimentaire de Florence, le Mercato Centrale, qui existe depuis 1876.

C’est à Florence que virent le jour, il y a plus de mille ans, les marchés tels que nous les connaissons aujourd’hui. Les paysans de la campagne toscane venaient en ville pour vendre leur production aux artisans, marchands ou autres banquiers. Aujourd'hui, le plus grand marché alimentaire de Florence est le Mercato Centrale, qui existe depuis 1876. Ses innombrables stands proposent pâtes fraiches à emporter, panini et plats chauds à déguster sur place, mais aussi des ingrédients frais et de qualité pour préparer les spécialités toscanes : truffe noire, huile d’olive, charcuteries, fromages, artichaut, caillette… Commerçants, restaurateurs et amateurs de bonne chère dévoilent les secrets de ce lieu incontournab

Le ventre de Zagreb - Le marché Dolac réalisé par Stefano Tealdi & Dana Budisavljevic



Couleurs, parfums, produits de saison et échanges animés : les marchés sont les ventres fourmillants des villes, concentrant tout le caractère et l’histoire d’une région. Aujourd'hui, visite du marché Dolac, qui reflète l'énergie, la richesse et la diversité de la ville de Zagreb, la capitale de la Croatie.

Zagreb, capitale de la Croatie, se situe à la frontière géographique et culturelle entre l’Europe de l’Est et de l’Ouest. Son énergie, sa richesse et sa diversité sont particulièrement visibles au marché Dolac, le plus vaste de la ville – en plein air. Depuis des siècles, il est tenu par des maraîchères, les fameuses kumice, qui approvisionnent la ville en fruits et légumes cultivés par leur soin. À Dolac, chacun peut déguster le fameux burek, plat traditionnel des Balkans, ou les célèbres viandes fumées issues des régions croates. On y trouve également un excellent fromage, le paski sir, issu du lait exceptionnel – l’un des plus chers au monde – des brebis paissant sur l’île Pag, dans la mer Adriatique. Des produits d’une rare qualité, dont les arômes tiennent à des méthodes traditionnelles jalousement préservées.