Friday, 8 March 2013

Deux ou trois choses que je sais d'eux... réalisé par Joëlle Stechel



«Lorsque je suis passée pour la première fois devant l’hôpital Avicenne, à Bobigny, je ne savais pas que j’allais y croiser des gaulois enfouis, des fantômes oubliés, des émirs, des archivistes sans archives et que, de manière plus inattendue, j’allais y retrouver un bout de ma propre histoire familiale.

C’est le portail de l’hôpital qui, le premier, m’a arrêtée. Que venait faire cette architecture mauresque au milieu des barres et des tours de Bobigny? Quelle histoire me racontait-il? Pourquoi sur ce portail, deux noms : Avicenne et Franco musulman ? C’est ce jour-là que tout a commencé...» - Joëlle Stechel.

Une quête qui allait la mener des archives de la ville de Bobigny à celles de la préfecture de police ou de l’assistance publique des hôpitaux de Paris. Avec des détours par Marseille et l’Algérie.

Va et vient entre passé et présent, «Deux ou trois choses que je sais d’eux» est d’abord un film d’histoire. Celle de la migration qui, dans les années 20, amena de Kabylie ou des Aurès, des milliers de fellahs - dépossédés de leurs terres - vers la métropole. Il raconte pourquoi et comment on leur a bâti en 1935 un hôpital qui, de projet humaniste et novateur, est devenu instrument de contrôle et de relégation.

Mais c’est aussi un film d’histoires. Histoires singulières et pourtant universelles des hommes dont Joëlle Stechel a croisé la route: Chibanis, coincés entre l’Algérie et Marseille, dont la maigre retraite est indexée à la présence six mois par an sur le territoire français ; descendants des premiers arrivants qui évoquent le parcours exemplaire de leurs pères et grands-pères ; travailleurs du BTP, en grève, qui parlent de leur invisibilité dans la société française actuelle.

Et d’autres personnages encore, comme cet historien, spécialiste de l’histoire coloniale, ce brillant médecin anesthésiste d’origine algérienne, qui nous entraîne sous les combles de l’hôpital, ou encore une historienne de l’art qui nous fait visiter une mosquée au Penjab…

No comments:

Post a Comment