Sunday, 17 March 2013

J'irai dormir chez vous: Iran réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur: la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Iran:
L'actualité nous donne de l'Iran l'image d'un pays austère et plutôt fermé. Il en faudrait pourtant plus pour décourager Antoine de Maximy. Armé de la curiosité et du culot qui le caractérisent, il tente de percer le mystère qui entoure cette république islamique pour découvrir ses habitants dans leur quotidien.

C'est en plein ramadan qu'Antoine de Maximy débarque à Téhéran. Premier contact mitigé dans la capitale: s'étant approché d'un groupe de personnes massées devant une officine, très vite il doit montrer patte blanche. «J'ai été prévenu que je ne devais pas filmer les attroupements», admet-il. Mais sa détermination est telle qu'il parvient à entrer rapidement en relation avec de nombreux citadins. «Les Iraniens sont vachement sympas, mais les autorités beaucoup moins», note, amusé, notre intrépide routard. S'il croise régulièrement des policiers sur son chemin, aucune entrave sérieuse ne gênera toutefois l'accomplissement de son périple.

Accueil chaleureux, intimité à préserver:
De Téhéran à la ville religieuse de Qom, puis à Yazd, dormir chez l'habitant se révèle une mission quasi impossible. «Les gens ne sont pas à l'aise pour vous recevoir», lui explique-t-on à plusieurs reprises. Antoine noue malgré cela des liens extrêmement chaleureux avec des êtres la plupart du temps ouverts, affables et souriants. À Qom, Saeed le reçoit chez ses parents. Puis Waheed l'emmène dans l'institut où il étudie l'anglais et, ne pouvant le recevoir chez son oncle pour le fameux dîner du ramadan — l'iftar —, lui présente ses amis. Ceux-ci, Mohammad et plusieurs jeunes filles, le convient alors à partager leur soirée au restaurant. Son étonnement surprend Mohammad : «On n'est pas en Afghanistan ni au Pakistan ou en Irak», rit-il. A Yazd, il prend le thé chez la tante de Massoul, un Afghan résidant en Belgique et venu visiter sa famille. Et c'est sur le chemin du retour qu'il rencontre Masoud, étudiant en droit international avec qui il partage, à Téhéran, le khoresht bademjân — ragoût de poulet aux aubergines — et chez qui il passe sa première nuit chez l'habitant en Iran.

No comments:

Post a Comment