Friday, 15 March 2013

J'irai dormir chez vous: Roumanie réalisé par Antoine de Maximy



(WIKI) J’irai dormir chez vous est une série de documentaires de découverte française diffusée sur les chaînes Voyage, Canal+, puis France 5 depuis 2004 et animée par Antoine de Maximy. Celui-ci part seul dans des endroits du monde plus ou moins éloignés où il doit s’inviter chez un autochtone pour manger puis dormir, afin de mieux connaître le mode de vie et les coutumes du lieu.

Antoine de Maximy arrive dans un pays où il tente de s’inviter chez les habitants pour suivre leur mode de vie seulement grâce à sa bonne humeur et son naturel. En effet les périples du globe-trotter sont spontanés, soumis aux hasards des rencontres humaines, en dehors des commodités touristiques habituelles. Le plus souvent, il mange et dort chez les gens qu’il interroge. Son intention étant de recueillir des informations sur les modes de vie de ses hôtes et de faire des rencontres.

Sur le terrain, Antoine de Maximy dit de sa démarche qu’il s’agit d’un voyage et qu’il filme les gens, mais précise beaucoup plus rarement que le contenu passe à la télévision (cependant, toutes les personnes figurants dans le montage final du documentaire ont approuvé sa diffusion). Ainsi, les gens le perçoivent plutôt comme un voyageur extraverti, bien disposé. Certaines rencontres sont superficielles ou furtives, d’autres sont intenses ou profondes. Le pays se décline au gré des récits que les gens en font et tout prend son sens de l’intérieur : la vie des uns ou des autres se découvre depuis leur maison, leur famille, leurs loisirs, leur métier.

Roumanie:
Située à deux heures d'avion de Paris, la Roumanie reste un pays peu connu. Armé de son seul instinct et avec ses caméras pour témoins, Antoine de Maximy compte bien tester l'hospitalité des Roumains, intégrés à l'Union européenne dans un mois.

Le château de Dracula! Il y a sans doute plus romantique comme destination pour un premier séjour en terre roumaine. C'est pourtant là qu'Antoine de Maximy a décidé de promener son baluchon.

Mais la ville de Bran est décidément trop touristique pour Antoine qui part en quête d'authenticité dans la campagne transylvanienne. Auprès des paysans, sympathiques et rieurs, les deux caméras se révèlent un moyen efficace pour nouer le contact.

Après s'être fait servir un verre d'alcool local, Antoine s'essaie à sa spécialité: "taper l’incruste". Les fermiers acceptent. Le téléspectateur est alors témoin d'une scène surprenante : hilare au début, l'hôte d'Antoine se fait silencieux, puis se met à sangloter. Palpable, le sentiment de gêne pousse le globe-trotteur à quitter la maison.

Direction Bucarest où les déceptions s'accumulent. Seize ans après la chute du communisme, la capitale semble mélancolique. Les murs sont gris, les gens sont tristes et rendent rarement les "bonjours" d’Antoine. Quant aux miséreux qui font la manche ou dorment sur une bouche d'égout, ils sont légion.

Antoine de Maximy, qui a déjà visité des pays bien plus pauvres, est saisi par l'absence de sourires. Difficile dans ces conditions de s'inviter à dormir chez autrui. Tout juste parvient-il à dîner avec des personnes ravies… de l'éconduire sitôt le repas terminé.

À Rosiori de Vede, une ville du Sud encore plus triste que les précédentes, il joue de malchance. Un jour de marché, il y fait pourtant la connaissance de Cornel, un sympathique agent hospitalier. Comme 25 % de ses compatriotes, Cornel parle français: une aubaine pour Antoine qui n'a pas pris la peine de mémoriser un seul mot de roumain! Mais une fois chez Cornel, sa femme s'enferme dans la cuisine: pour dîner, les deux hommes devront aller au restaurant!

Ce n'est qu'à la fin de son périple, un peu plus loin dans la campagne de Valachie, qu'Antoine réussit à croiser une joyeuse famille, à faire la fête et à enfin dormir chez eux. Ouf!

No comments:

Post a Comment