Wednesday, 18 November 2015

La Maison de la Radio réalisé par Nicolas Philibert



Une plongée sensible et poétique au coeur de la célèbre Maison ronde, à l’écoute de ceux qui l’aiment et l’animent. La caméra de Nicolas Philibert pénètre dans les coulisses à la rencontre de ces voix qui nous accompagnent dans notre quotidien...

Comment rendre visible une matière, le son, qui par définition ne l’est pas ? Pendant six mois, Nicolas Philibert (Être et avoir, Retour en Normandie) s'est immergé dans la Maison ronde pour un film en forme de tour de cadran – celle des horloges digitales rouges, discrètes et omniprésentes, des studios. Des petits matins survoltés aux silences feutrés des nuits bleues, il a filmé, avec une curiosité bienveillante et sans voix off, les visages révélés et les corps qui s’animent, s’agitent et se dérobent aussi parfois, derrière les micros familiers de nos postes. Une chorégraphie de figures et de métiers pour une ruche bouillonnante, maison-monde à l’écoute de celui du dehors.

Battements de cœur
Cette radioscopie douce des stations Inter, Culture, Info, Musique, France Bleu et consœurs suit les battements de cœur d'une maison hantée par les voix. Dans cette intimité étrangement publique, Frédéric Lodéon disparaît derrière ses piles de sonates ; une écrivaine invitée attend, novice étonnée, suspendue au verbe prolixe d’Alain Veinstein, tandis que les emballements poétiques d’un amateur d’orages enchantent le chasseur de sons Hervé Pochon. Choral et mélodique, ce voyage traversé de jolies fulgurances, sans chercher à démontrer. Tant mieux, au fond, si au terme de la réjouissante balade demeure le mystère des ondes.

No comments:

Post a Comment