Monday, 22 February 2016

Richard III de Shakespeare par Thomas Jolly au Théâtre de l'Odéon



Thomas Jolly, comédien et metteur en scène de 33 ans, clôt sa saga Shakespearienne entamée en 2014 avec Richard III, pièce aux allures d'épilogue crépusculaire. La postérité a gardé de ce roi, interprété par Thomas Jolly lui-même, l'image d'un monstre machiavélique...

Richard III, la suite d'Henri VI
Historiquement, Richard III succède à Edouard IV, succédant lui-même à Henri VI, dans l'Angleterre du XVe siècle. Il est le dernier roi de la maison d'York. William Shakespeare raconte la vie de ce monarque-monstre qui usurpe le pouvoir pour atteindre le trône, en assassinant ses jeunes neveux. Le dramaturge peint la fresque de son ascension et de sa chute, dans une société dévastée par la Guerre des Deux-Roses opposant les deux familles royales York et Lancastre (en savoir plus). Shakespeare s'est notamment inspiré des écrits historiques de l'humaniste Thomas More.

Les questions abordées dans la pièce
Avec la noblesse d'écriture de Shakespeare, la pièce offre une réflexion sur les conséquences de la soif de pouvoir. Elle analyse également les réactions suscitées, en soi et en l'autre, par la difformité physique, Richard III étant bossu et boiteux de naissance. Enfin, le texte traite de la complexité et de l'ambiguïté du mal. Richard III est-il né monstre ou est-il le produit de la monstruosité de son époque ?

La mise en scène de Thomas Jolly
La pièce est produite par la Piccola Familia, compagnie fondée en 2006 par Thomas Jolly et des jeunes acteurs, décidés à unir leurs forces. Celle-ci est notamment connue pour sa production du marathon Henry VI, auquel Richard III fait suite. Thomas Jolly à choisi de rendre toute sa théâtralité au personnage de Richard III, personnage premier dans la mise en scène de lui-même et de son propre destin. En savoir davantage sur la mise en scène sur le site du Théâtre de l'Odéon.

No comments:

Post a Comment