Wednesday, 11 May 2016

Hawaï et sa vague pop réalisé par Susanne Müller & Andreas Coerper



Chemises à fleurs, danseuses légèrement vêtues, musiques langoureuses... : en 1959, quand Hawaï devient le cinquantième État des États-Unis, l'Amérique s'entiche d'exotisme.

À la fin des années 1950, dans une Amérique encore très puritaine, les musiques exotiques et les danses sensuelles des mers du Sud viennent nourrir l'imaginaire états-unien et les rêves de paradis perdu. De l'Alabama à l'Alaska, bars, restaurants, boîtes de nuit, hôtels et parcs à thème adoptent une décoration dans le style hawaïen. Des jeunes filles dansent en roulant les hanches sous des jupettes en raphia, avec des colliers de fleurs sur les seins. Le dieu païen Tiki se fait une place dans la culture pop. Hollywood s'empare aussi de tous les clichés possibles, dont celui du mâle occidental parti à la conquête de beautés insulaires peu farouches. Si Marlon Brando apparaît comme le plus en vue de ces nouveaux héros, Elvis Presley n'est pas en reste, notamment à travers sa chanson "Blue Hawaii". La vague pop hawaïenne traverse ensuite les océans pour toucher l'Europe. Les chemises à fleurs, les cabanes en bambou, les toasts Hawaï à l'ananas et les cocktails exotiques censés favoriser une vie érotique épanouie déferlent bientôt sur l'Ancien Continent.

No comments:

Post a Comment