Saturday, 7 May 2016

Mumbai High : L'espoir en chantant réalisé par Brian Hill & Sam Benstead



Dans une école du bidonville de Dharavi, à Mumbai (Bombay), enfants et adultes mettent leur vie en scène dans une comédie musicale documentaire. Touchant et gonflé.

C'est une école parmi d'autres à Dharavi, le plus grand bidonville d'Asie, et peut-être du monde. Les élèves y grandissent dans des baraques ou dans des appartements en dur. Certains ne mangent pas à leur faim tous les jours, d'autres appartiennent à la classe moyenne. Mais pour les cinq jeunes héros de ce documentaire, l'école, avec ses uniformes, ses règles strictes et ses promesses de bourse, représente le même rêve d'avenir : Mary, qui a vu sa maison démolie déjà treize fois par la police, et voudrait devenir footballeuse ; Raj et sa grande soeur Mayuri, livrés à eux-mêmes depuis que leur mère s'est immolée par le feu pour un conflit dérisoire impliquant le petit garçon ; Iffat, première en tout, qui veut devenir chirurgienne ophtalmologique pour guérir les aveugles et Ashish, le délégué de classe, fermement décidé à faire médecine.

un petit air d'optimisme
La trouvaille de Brian Hill et Sam Benstead, qui filment les enfants à domicile et dans la multitude joyeuse, mais disciplinée, de l'école, c'est d'avoir invité les élèves, leurs enseignants et certains des parents à danser et à chanter leurs peurs et leurs espoirs entre deux séquences documentaires. Raj et Mayuri s'adressent à leur mère disparue. Mary et sa mère saluent la mousson en souhaitant que leur masure reste debout. Iffat et Ashish confient leur certitude de triompher des obstacles et de vivre dans leur bidonville dans de meilleures conditions. Les voix s'avèrent étonnamment sûres, les chorégraphies d'une touchante maladresse. Mais elles susurrent un petit air d'optimisme aussi entêtant que les refrains de Bollywood.

No comments:

Post a Comment