Monday, 6 June 2016

Avec le sang des hommes réalisé par Raphaël Girardot & Vincent Gaullier



Une immersion dans un abattoir, au plus près de ceux qui y travaillent au rythme de cadences infernales. Bien au-delà du débat sur la souffrance animale, le reflet rare et poignant d'un monde ouvrier prétendument disparu.

Dans un bruit assourdissant, ils assomment, saignent, découpent, désossent, répétant, toujours debout et jusqu'au vertige, les mêmes gestes avec précision. Dans cet abattoir moderne de Vitré, en Ille-et-Vilaine, où quelque 600 bovins et 1 200 agneaux sont débités chaque jour en un flux ininterrompu de crochets, les cadences sur les chaînes de travail interdisent la moindre erreur, sous peine d'accidents, qui s'avèrent fréquents. Précarité, pénibilité, douleurs physiques et morales : ces prolétaires invisibles, occultés et niés par la société de consommation, vieillissent prématurément, sans réel espoir d'évolution. Le temps d'une pause ou dans les vestiaires, ils disent leurs difficultés, leur métier déprécié et l'impossibilité d'en parler, même à des proches.

Saigneurs
Pendant un an, délibérément loin des débats récurrents dénonçant la souffrance animale, Raphaël Girardot et Vincent Gaullier ont suivi les ouvriers oubliés de ce hall d'abattage, filmé leur savoir-faire et écouté leurs souffrances. Une curiosité teintée d'empathie dont on sent combien elle surprend ces saigneurs casqués en blouse blanche, lesquels se livrent doucement, avec une sombre et digne lucidité. Le film montre aussi la constante pression de la hiérarchie, l'hygiénisme et les chiffres à atteindre, malgré des outils de travail (couteaux, scies) aussi dangereux que "le fusil d'un soldat à la guerre", pour un salaire de misère. Un tableau tragique et poignant d'un monde ouvrier du XXIe siècle, prétendument disparu.

No comments:

Post a Comment