Saturday, 20 August 2016

J'irai dormir chez vous - Israël réalisé par Antoine de Maximy



Antoine de Maximy parcourt l'état d'Israël. Entre attentats suicides et opérations militaires, on ne peut pas dire que la paix règne dans le pays. Malgré tout, ce n'est pas non plus vraiment la guerre. Les enfants vont à l'école, les jeunes sortent pour s'amuser, les commerces marchent bien. Bref les gens vivent. Et pourtant, les journaux ne parlent que du conflit.

Antoine, lui, veut rencontrer l'Israélien moyen, celui dont on ne parle pas dans les médias.

Il commence son voyage dans la ville Sainte de Jérusalem. C'est un haut lieu pour les Musulmans, les Juifs et les Chrétiens. Il fait rapidement la connaissance de Sarah (80 ans et demi !) qui l'invite chez elle.Mais le globe-quatteur veut s'immiscer dans la communauté juive ultra-orthodoxe. Le contact est particulièrement difficile. Ces gens rejettent ce qu'ils appellent les dérives du monde moderne. La plupart d'entre eux voient d'un mauvais œil cet étranger bizarrement accoutré qui s'aventure dans leurs quartiers.

Malgré les regards parfois hostiles, Antoine continue à aborder les gens. Ici comme ailleurs, certains sont plus ouverts que les autres. Il rencontrera successivement Moshé et Benyamin qui lui dévoileront un peu de leur vie. Des rencontres étonnantes.

Deuxième étape: Tel-Aviv, la capitale. Bien qu'il n'y ait que soixante kilomètres entre les deux villes, l'atmosphère y est totalement différente. C'est ici qu'on trouve la plus grande concentration de jeunes du pays. Antoine y rencontre Gil, monté sur de curieuses échasses. Il passe la soirée avec des amis à lui, dont Shirley qui lui explique la nécessité pour la Gay-Pride de défiler à Jérusalem.

Ensuite, Antoine se rend dans un village musulman. En effet, sur 6 millions d’Israéliens, 1 million sont Arabes. Le voyageur arrive à Tamra, un village musulman situé près de la vallée du Jourdain. Antoine entrevoit du monde dans la cour d'une maison. Il est aussitôt accueilli. Mais la communication est impossible. Il n’insiste pas.

Pour terminer, Antoine veut aller dans un kibboutz. Ce sont des fermes collectives, où les familles vivent en communauté. Après un court passage dans un kibboutz très touristique, il se rend au kibboutz de Merav. Situé à la limite des territoires autonomes Palestinien, il est protégé pour une clôture et une portail électrique. Il y rencontre Amos, qui l’invite chez lui.

Au final, ce voyage en Israël montre une face peu connue de ce pays.

No comments:

Post a Comment