Tuesday, 20 September 2016

Arctique, cimetière atomique réalisé par Thomas Reutter



Au fond de l'Arctique, des épaves coulées ou abandonnées par la marine russe menacent aujourd'hui de libérer de fortes doses de radioactivité. Pourtant, l'omerta est de mise.

Des milliers de caissons métalliques, dix-neuf navires chargés de déchets radioactifs, quatorze réacteurs, et, surtout, trois sous-marins nucléaires... : tous reposent au fond de l'océan Arctique - première zone de pêche au cabillaud du globe. Les parties métalliques rouillent, l'eau salée ronge le béton et des particules radioactives s'échappent des épaves. Pourtant, l'omerta est de mise. Pour avoir dénoncé l'état déplorable de la flotte russe et le risque d'accident nucléaire, un ingénieur et inspecteur de sous-marins a été emprisonné ; un autre militaire n'accepte de témoigner qu'anonymement. Un rapport remis en 2011 au Kremlin par le ministère russe de l'Environnement appelait à couler des sarcophages de béton autour de deux des trois sous-marins d'ici 2014 au plus tard - mais la recommandation est restée à ce jour lettre morte.

No comments:

Post a Comment