Tuesday, 6 September 2016

Trafic d'ivoire, la guerre perdue réalisé par Jakob Kneser



Une édifiante enquête sur le commerce de l'ivoire, interdit en 1989, et pourtant fort lucratif. Face à des autorités impuissantes, des réseaux mafieux contrôlent ce trafic mondial de l'ivoire et de la corne de rhinocéros, qui représente chaque année un chiffre d'affaires de 20 milliards de dollars.

C'est une logique implacable : plus une espèce est menacée, plus les transactions illégales qu'elle suscite rapportent d'argent. En voie d'extinction, les éléphants, les rhinocéros et les tigres courent de grands dangers. Le braconnage des premiers, convoités pour leurs défenses, se déroule jusque dans les réserves naturelles, comme celles de Rukinga au Kenya et du parc Kruger en Afrique du Sud. Face à des autorités impuissantes, des réseaux mafieux contrôlent ce trafic mondial de l'ivoire et de la corne de rhinocéros, qui représente chaque année un chiffre d'affaires de 20 milliards de dollars. Des rébellions armées, comme celles de l'Armée de résistance du seigneur en Ouganda ou des islamistes Chebab somaliens, se financent en partie grâce à lui. Quelque trente-cinq mille éléphants et un millier de rhinocéros meurent ainsi chaque année, les uns à cause de leur ivoire, les autres à cause de leur corne. Les défenses sont acheminées en majorité, via le Viêtnam, vers des pays asiatiques où la demande explose, Chine en tête.

Ce passionnant documentaire d'investigation, tourné en Afrique et en Asie, permet de comprendre les tenants et les aboutissants d'un trafic en expansion. Il recueille notamment les témoignages d'une enquêtrice qui se rend en caméra cachée chez des sculpteurs sur ivoire, d'un éleveur de rhinocéros qui plaide pour un commerce légal des défenses ou d'un braconnier repenti.

No comments:

Post a Comment