Saturday, 17 December 2016

La mer Baltique vue du ciel réalisé par Peter Bardehle & Christian Wüstenberg

me>

Îles en formation, falaises qui reculent, plages qui s’étendent... : les tempêtes de la Baltique redessinent sans cesse les paysages côtiers. Balade historique et écologique le long de ses rivages allemands, des frontières danoises à celles de la Pologne.

Îles en formation, falaises qui reculent, plages qui s’étendent... : les tempêtes de la Baltique redessinent sans cesse les paysages côtiers. Depuis les Vikings, ils ont aussi été modelés par les activités agricoles, commerciales et industrielles. En témoignent les ports hanséatiques de Kiel, Lübeck, Wismar, Stralsund, avec leurs demeures de marchands et d’armateurs, leurs entrepôts restaurés, leurs édifices religieux ou conventuels. Aux alentours de 1850, des stations balnéaires voient le jour, comme Travemünde, Warnemünde, Heiligendamm, sur les îles de Rügen et Usedom, où se dressent encore des villas anciennes. Le nazisme aussi a laissé sa marque, comme à Prora, où fut édifié un centre de vacances pharaonique, et à Peenemünde, qui abritait la base de construction des sinistres missiles V2. Enfin, sur la partie orientale du littoral, de nombreuses constructions rappellent l’ex-RDA.

Une nature préservée
L’intérêt pour les rivages de la Baltique tient aujourd’hui à de nombreux sites encore sauvages – les réserves naturelles des îles de Hiddensee, de Ruden, de la presqu’île de Darβ ou des Bodden – et à leurs immenses plages de sable fin. Des peintres ont immortalisé ces paysages, le plus talentueux étant l'Allemand Caspar David Friedrich (1774-1840), qui a porté un regard éminemment romantique sur les hommes et les paysages de la Baltique.

No comments:

Post a Comment