Wednesday, 7 December 2016

Orsay, chronique d'un musée réalisé par Bruno Ulmer



Le trentième anniversaire du musée d’Orsay est l’occasion de partir à la découverte du temple des impressionnistes. Visite exceptionnelle d’une ancienne gare devenue l’un des « palais des beaux-arts » les plus attachants de Paris.

En décembre 1986, le président de la République, François Mitterrand, inaugurait un nouveau musée dans l’ancienne gare d’Orsay, construite à l’occasion de l’exposition universelle de 1900. Trois décennies plus tard, il est l’un des plus fréquentés de la planète, avec 3,5 millions de visiteurs par an. Chaque jour, 10 000 personnes viennent y contempler la richesse et la diversité de la création artistique de 1848 à 1914. Sous l’immense verrière, les impressionnistes côtoient les modernes, les nabis croisent les réalistes. Car Orsay est l’écrin d’une collection unique au monde, riche de près de 100 000 œuvres, dont la moitié est exposée dans 66 salles.

Suivant la préparation de l’exposition « Spectaculaire Second Empire, 1852-1870 » jusqu’à son ouverture en septembre dernier, Bruno Ulmer propose de pénétrer dans les coulisses du musée pour vivre le quotidien des équipes qui y travaillent, de s’approcher au plus près des collections et de pousser des portes d’habitude interdites au public. On y découvre, entre autres, des restauratrices affairées à redonner toute sa splendeur à L’Atelier du peintre de Gustave Courbet ; un comité en train de décider des œuvres qui viendront enrichir les collections ; une équipe qui ferme les dernières caisses à destination de Séoul pour un important événement « hors les murs »…

Alors que tableaux, sculptures, mobilier et objets d’art rejoignent tour à tour le parcours thématique consacré au Second Empire, se dessine en arrière-plan, le portrait d’un musée vivant. Un lieu qui témoigne sans relâche du foisonnement d’une époque parmi les plus créatives de l’histoire de l’art.

No comments:

Post a Comment