Friday, 10 March 2017

Only New Orleans - Une ville sauvée par la musique réalisé par Vassili Silovic


suite


Le 29 août 2005, La Nouvelle-Orléans est dévastée par l'ouragan Katrina. Ce documentaire poignant, riche en témoignages, revient sur ce drame humain et matériel et sur la renaissance qu'a connue la ville depuis. Une résurrection musicale pour ce lieu mythique, foyer de la musique afro-américaine.

Katrina est la plus importante catastrophe naturelle de l'histoire récente des États-Unis. Elle a coûté la vie à plus de mille huit cents personnes et causé des dégâts évalués à 150 milliards de dollars. Lors du drame, plus de 80 % du territoire de La Nouvelle-Orléans ont été inondés : les digues censées retenir l'eau présentaient de scandaleuses malfaçons. Pour beaucoup sans fondations, les petites maisons posées sur des madriers ont été balayées comme des fétus de paille. Les témoignages de ceux qui ont survécu, accrochés sur des toits, sont glaçants. Ils ont vu leurs proches se noyer, les cadavres flotter autour d'eux. Deux jours avant la catastrophe, le maire avait exhorté les habitants à fuir. Mais la population pauvre – en majorité noire – ne possédait ni voitures ni possibilités d'hébergement ailleurs, alors que les Blancs plus aisés ont pu se mettre à l'abri. Tant au niveau local que fédéral, les autorités politiques démocrates et républicaines ont largement prouvé leur incurie.

La musique dans la peau
Dix ans après, la ville a retrouvé son dynamisme. Mais la structure de la population change et la gentrification guette les quartiers noirs pauvres. Malgré tout, la musique reste dans l'ADN de La Nouvelle-Orléans : au plus fort de l'inondation, d'aucuns se demandaient si tel musicien ou chanteur était sain et sauf ! De très nombreux clubs fêtent à nouveau tous les styles : jazz, R&B, rock 'n' roll, soul, funk, reggae et rap. Katrina a inspiré nombre de compositions évoquant aussi bien des drames personnels qu’un esprit de révolte collective face à l’incompétence des décideurs politiques. Les musiciens Allen Toussaint, disparu en 2015, Irma Thomas, James Andrews, Ivan Neville, Davis Rogan, Jon Cleary et Big Freedia parlent avec émotion à la fois de la tradition et de ce qui a changé avec Katrina. Quant à l'étoile montante de la scène, Travis "Trumpet Black" Hill (mort à 28 ans au Japon avant la fin du tournage), il a eu droit au traditionnel cortège de funérailles en musique, avec danses et moulinets de parapluies noirs.

No comments:

Post a Comment