Thursday, 22 June 2017

Qui a peur de la Deutsche Bank ? réalisé par Julia Klüssendorf, Stefan Jäger & Ingo Nathusius


suite


Selon un rapport du FMI, elle serait la banque la plus dangereuse du monde. La gestion de la Deutsche Bank a accusé en 2015 une perte de 6,8 milliards d'euros. Immersion en eaux troubles dans les arcanes du géant bancaire privé allemand, qui multiplie les signaux d'alarme. Avec quels risques ?

À l’été 2016, un scandale éclate à la Deutsche Bank. Dans un rapport, le Fonds monétaire international dénonce la banque allemande comme celle "qui contribue le plus aux risques systémiques pesant sur le système bancaire mondial". En d’autres termes, elle est la banque la plus dangereuse du monde. La gestion de la plus grosse banque d'Allemagne – à ne pas confondre avec la banque centrale, la Deutsche Bundesbank –, qui l'année précédente a accusé une perte de 6,8 milliards d'euros, s'en trouve plus profondément ébranlée. Nouveau coup dur, début 2017, pour ce géant de l'industrie bancaire mondiale, qui emploie plus de cent mille personnes dans une soixantaine de pays, avec un bilan de 1 600 milliards d’euros : les autorités américaines lui imposent une amende de 7 milliards d'euros pour avoir contribué à la crise financière de 2008 en accordant des subprimes, ces fameux crédits toxiques qui ont fait vaciller le système.

Trop grosse pour tomber ?
Une enquête dans les coulisses de la banque à la rencontre d'interlocuteurs de premier plan, dont le Britannique John Cryan, nommé PDG de la Deutsche Bank à l'été 2015, pour tenter de la sauver. Aurions-nous assisté jusqu'ici aux signes avant-coureurs d'un séisme en passe de s'aggraver ? La réorganisation entamée marque-t-elle un réel changement de cap, après des années de pratiques douteuses et de spéculation effrénée ? Et surtout, que peut-on craindre en cas de faillite ? Souvent comparée à feu Lehman Brothers, la banque américaine disparue dans la tourmente de 2008, la Deutsche Bank est-elle, comme l'affirment certains, "trop grosse pour tomber" (too big to fail), car capable d'entraîner dans sa chute l'ensemble d'un système financier toujours fragile ? Une immersion en eaux troubles, qui offre une vue imprenable sur les mécanismes les plus opaques de notre économie mondialisée.

Exil réalisé par Rithy Panh



Après "L’image manquante", le cinéaste franco-cambodgien Rithy Panh fouille à nouveau ses souvenirs du génocide khmer rouge dans ce film qui vogue à la frontière du rêve et de la réalité, de l’écriture documentaire et poétique.

Un très jeune homme vêtu de noir dans une maisonnette aux parois de bambou. Passent près de lui, comme en rêve, des images d'archives du Cambodge des années 1960 et du régime des Khmers rouges, une nuée de corbeaux de papier, la lune et les planètes, des photographies anciennes, une série d'objets. Parfois, la caresse d'une main féminine se pose sur la joue de cet homme enfant désespérément solitaire, tenaillé par la faim et à demi prostré. Il figure le cinéaste lui-même. Jeté à 11 ans sur les routes avec les siens et l'ensemble des habitants de Phnom Penh, lorsque les Khmers rouges s’emparent de la capitale en 1975, Rithy Panh a survécu, contrairement à une grande partie de sa famille, parvenant à fuir pour gagner un camp de réfugiés en 1979, d'où il part pour la France l'année suivante.

Méditation

Après L'image manquante, déchirante et lumineuse traversée d'une enfance brisée par la sanguinaire révolution de Pol Pot, Rithy Panh continue d'explorer sa propre mémoire à vif d'un génocide qui a fait quelque 2 millions de victimes, auxquelles il n'a cessé de chercher à rendre justice dans son œuvre. Au-delà du pays natal à jamais perdu, l'exil qu'il évoque dans ce film poème, c'est à la fois la douleur du rescapé, "mort et vif", amputé d'une partie de lui-même, la nostalgie et l'impossible deuil d'un passé anéanti, l'absence au monde qui en découle. Mais par la magie de ses mots et de ses images, le cinéma devient un langage assez puissant pour renouer le lien avec le réel, les êtres et les choses aimés. On ne cesse de creuser la terre dans Exil, des perpétuels chantiers des Khmers rouges filmés quarante ans plus tôt aux trésors exhumés un à un par le personnage principal, comme la métaphore d'un douloureux retour vers la lumière. "Tu vois, ma mère, je t'attendais…" Citant Mao Zedong, Robespierre ou Alain Badiou, mais aussi René Char, Baudelaire et Apollinaire, la voix off, écrite une fois encore par Christophe Bataille, qui a cosigné avec Rithy Panh son livre autobiographique L'élimination (Grasset), mêle avec lyrisme une réflexion sur la révolution qui dévore les vies humaines ("La pureté, c'est la terreur…") et une méditation intime où passent les souvenirs, les sensations, les sentiments.

À la conquête de l'autre rive réalisé par Sarah Laine & Emmanuelle Sudre



Dès les premiers temps de son histoire, poussé par la curiosité ou la nécessité, l'homme a mis au point des procédés de construction pour franchir les obstacles. La géophysicienne Léa Bello part sur les traces des constructeurs d'exception, pour dévoiler les secrets de l'édification d'ouvrages emblématiques et découvrir les défis que les ingénieurs ont dû relever pour construire plus haut et plus loin. Ce fim livre une enquête scientifique pour comprendre comment les hommes ont pu concevoir et édifier ces ouvrages, où s'exprime le génie humain.

Wednesday, 21 June 2017

Les gardiens des îles corses réalisé par Herlé Jouon & Antoine Laura



Cap sur la Corse et ses îles mystérieuses : des territoires minuscules posés au milieu de la mer Méditerranée qui recèlent encore bien des secrets.

Ouest américain : à la poursuite de mes rêves réalisé par Mathieu Despiau



Le réalisateur Mathieu Despiau a arpenté pendant un mois, sur 6000 kilomètres, l'ouest américain, du Nouveau-Mexique à l'Utah en passant par l'Arizona et le Nevada. Dans ces territoires où tout semble possible, existe-t-il encore des rêves inaccessibles ? Le globe-trotter, qui connaît bien les Etats-Unis, tente de poser un regard neuf sur les célèbres paysages de Monument Valley, du Grand Canyon, du Lake Powell et des déserts de l'ouest américain. Pour répondre à ses questions, il va à la rencontre des cow-boys, des amérindiens, des aventuriers et des explorateurs.

La Dordogne, de Marqueyssac à la Gironde réalisé par Michael Trabitzsch



À la découverte d'un territoire haut en couleur, dont le patrimoine riche et diversifié a gardé la beauté des siècles passés. Cet épisode nous conduit jusqu'aux jardins suspendus de Marqueyssac, aménagés sur un éperon rocheux, ainsi que sur les rives de la Vézère, aux Eyzies, dans l'étonnante grotte ornée surnommée "l'Abri du poisson".

Cet épisode nous conduit jusqu'aux jardins suspendus de Marqueyssac, aménagés sur un éperon rocheux, tandis qu’à Sarlat-la-Canéda, communément appelée Sarlat, les couvreurs réalisent, à l'aide de techniques ancestrales, des toitures en lauze, des pierres taillées dans des roches sédimentaires locales. Sur les rives de la Vézère, aux Eyzies, l'étonnante grotte ornée surnommée "l'Abri du poisson" offre au regard du visiteur le dessin primitif d'un saumon, l'une des plus anciennes représentations connues à ce jour de ce vertébré aquatique. Enfin, en Gironde, à Saint- Émilion, on perpétue la tradition séculaire de la "jurade", survivance d'un ancien droit accordé à la commune par le roi d'Angleterre Jean sans Terre.

Tuesday, 20 June 2017

Esclaves aujourd'hui en France réalisé par Géraud Burin des Roziers



Géraud Burin des Roziers enquête pour montrer à quoi ressemble l'esclavage moderne en France, comprendre ce phénomène en pleine croissance et donner la parole aux victimes.

Corvéables à merci : le scandale des bonnes asiatiques réalisé par Alexandra Jousset & Gratiane de Moustier



En Asie et au Moyen-Orient, dans l'intimité de familles impunies, plus de quinze millions de domestiques sont victimes d'esclavage. Corvéables à merci, maltraitées, parfois violées, ces femmes sont les sacrifiées invisibles de l'économie mondiale. Etats, institutions : personne n'a intérêt à ce que cela change. En Allemagne, des Polonaises payées une misère s'occupent sans limite horaire des personnes âgées que l'Etat délaisse. A Hong Kong, 18% de maids sont maltraitées. Et aux Philippines, l'argent que ces femmes renvoient au pays est si précieux que l'Etat les défend mal contre les traditions scandaleuses du Moyen-Orient : passeports confisqués par les patrons, femmes violentées et sans recours juridique. Des milliardaires du Golfe exportent ces pratiques à Londres, qui ferme les yeux.

La Dordogne - Du Massif central à la bastide de Domme réalisé par Michael Trabitzsch



À la découverte d'un territoire haut en couleur, dont le patrimoine riche et diversifié a gardé la beauté des siècles passés. La Dordogne est parsemée de grottes et de gouffres spectaculaires. Fragile écosystème à protéger, son important réseau hydrographique souterrain attire de nombreux plongeurs et spéléologues, curieux d'en explorer tous les secrets.

Traversé par la rivière Dordogne, qui prend sa source dans la chaîne des monts Dore, dans le Massif central, le département de la Dordogne est parsemé de grottes et de gouffres spectaculaires. Fragile écosystème à protéger, son important réseau hydrographique souterrain attire de nombreux plongeurs et spéléologues, curieux d'en explorer tous les secrets. Quelques kilomètres au sud-ouest du célèbre gouffre de Padirac, le village médiéval de Rocamadour s’agrippe à même la falaise, tel un nid d’aigle. Enfin, le plateau rocheux de la Domme offre une vue imprenable sur la vallée, pendant que la rivière, en contrebas, suit paisiblement son cours en direction de l’océan.

L'énigme de la tombe celte réalisé par Alexis de Favitski



Un fabuleux voyage en quête de l'ancienne et mystérieuse civilisation celtique, qui part de la découverte, en 2014 dans la banlieue de Troyes, de la tombe du "prince de Lavau". Qui était ce dignitaire pour mériter une sépulture aussi fastueuse ? Comment des pièces venant d’aussi loin ont-elles pu arriver en Champagne ?

Le "prince de Lavau" a été découvert fin 2014 dans une petite commune champenoise de la banlieue de Troyes, gisant sous un tumulus. Son squelette était paré de riches bijoux et entouré d’objets luxueux, notamment de magnifiques pièces de vaisselle grecques et étrusques. Cette découverte, l'une des plus importantes de l’archéologie européenne ces dernières années, soulève beaucoup de questions : qui était ce dignitaire pour mériter une sépulture aussi fastueuse ? Comment des pièces venant d’aussi loin ont-elles pu arriver en Champagne ? Que signifie la mise en scène de la tombe ? Les analyses indiquent que le prince de Lavau était un Celte du Ve siècle av. J.-C. Or, la civilisation celte de l'âge de fer n'ayant laissé aucune trace écrite, elle garde une grande part de son mystère. Grâce notamment à deux autres tombeaux princiers précédemment mis au jour, l'enquête révèle son organisation géopolitique, au cœur d’un réseau fluvial et routier favorisant le commerce. De fait, les objets retrouvés dans les tombes, qu’il s’agisse de bijoux en ambre de la Baltique ou de coraux de la Méditerranée, révèlent l’étendue des échanges européens pratiqués par les Celtes. "Un monde déjà globalisé", commentent les archéologues.

Drones et dessins
Pour explorer le monde mystérieux de ce fascinant peuple et de son prince défunt, le documentaire d'Alexis de Favitski alterne les interviews d’archéologues, des reconstitutions criantes de réalisme et d'époustouflantes prises de vue des paysages, captées grâce aux nouvelles caméras embarquées sur drones. L’utilisation judicieuse du dessin complète cette pédagogie très visuelle. Un palpitant voyage dans le temps de l’Europe celte.

Morts à crédits réalisé par Frédéric Castaignède



Avec la crise financière de 2008, le surendettement a recommencé à augmenter en Europe. Chaque jour en France, trois personnes se donnent la mort parce qu'elles n'arrivent plus à rembourser leurs prêts. Une enquête aussi éclairante qu'inquiétante sur la spirale infernale du crédit.

Chaque jour en France, trois personnes se donnent la mort parce qu'elles n'arrivent plus à rembourser leurs prêts. Claudine Schnegg est l'une de ces victimes. En août 2009, cette mère de quatre enfants se suicide, dépassée par une dette de plus de 200 000 euros, après avoir contracté vingt-sept crédits différents en seulement trois ans. Dans une société d'abondance où la tentation est omniprésente, les organismes de crédit, mais aussi la grande distribution, recourent à des techniques toujours plus subtiles pour attirer les consommateurs dans le piège des emprunts faciles. En 2010, la loi Lagarde visait à protéger les emprunteurs en encadrant notamment les crédits "revolving", ces prêts renouvelables à taux très élevés, présents dans 90 % des cas d'endettement. Mais les publicités agressives et les pratiques mensongères persistent.

Prévenir et guérir
Face à ce phénomène, des associations comme Crésus, en France, se mobilisent pour aider les surendettés. Encore peu développés en Europe, des programmes d'éducation financière voient également le jour, comme en Allemagne où les lycées dispensent désormais des cours de gestion budgétaire. En Espagne, des citoyens mènent des actions collectives pour combattre les expulsions massives de familles, harcelées par leurs créanciers. En suivant plusieurs accidentés de la vie sur le chemin de la reconstruction, aux quatre coins de l'Europe, cette enquête fouillée, étayée par les analyses d'économistes et de sociologues, dépasse la vision fataliste qui entoure la problématique du surendettement pour explorer des solutions.

Birmanie, le pouvoir des moines réalisé par Joël Curtz & Benoit Grimont



À travers trois portraits de moines, la Birmanie en devenir se dévoile, tiraillée entre ouverture, liberté, xénophobie et repli sur soi. Le premier, Uthan Bita, a rejoint la Ligue nationale démocratique d’Aung San Suu Kyi. Le deuxième, U War Lay, est un missionnaire bouddhiste auprès des minorités chrétiennes dans des lieux reculés du pays. Enfin, Utu Sait Tha, un activiste nationaliste, ouvertement raciste, milite pour la "protection de la race et de la religion birmanes" contre les 5 % de musulmans du pays, les Rohingya, minorité persécutée, et même menacée selon plusieurs associations des droits de l'homme d'un possible génocide. Un éclairage bienvenu sur ces événements oubliés des JT.

Monday, 19 June 2017

La fabuleuse histoire de La 2 CV réalisé par Serge Dubor



Créée en 1935, la 2CV a accompagné toutes les évolutions de la société française. Décapotable la moins chère du monde, «la Deuche» aura été vendue à plus de 3 millions d'exemplaires pendant près de 40 ans sur tous les continents. Bien plus qu'une voiture, elle incarne une philosophie

J'irai dormir chez vous - Nicaragua réalisé par Antoine de Maximy



Antoine de Maximy commence son voyage à Managua, la capitale du Nicaragua, pays qui a été le théâtre d'une guerre civile, désormais apaisé. En cherchant le centre ville, il découvre que celui-ci, détruit par un tremblement de terre, n'existe plus depuis une quarantaine d'années. A Telpaneca, dans le nord du pays, il est accueilli par César et rencontre Ian, qui lui fait visiter le dispensaire. Pour terminer son voyage, le globe-trotteur cherche à rejoinde, par bateau, le petit village de Tasbapauni, sur la côte Caraïbe. L'accueil dans ce coin de paradis est au rendz-vous.

Eaux gazeuses, un business qui pétille réalisé par Céline Destève



En France, il se vend chaque année un milliard de bouteilles d'eau pétillante. Dans les rayons du supermarché, difficile pour un consommateur de faire la différence entre toutes les marques proposées. Ce marché est majoritairement détenu par des géants de l'industrie agro-alimentaire, qui ont mis en place des stratégies marketing offensives pour séduire les consommateurs. Les eaux gazeuses conviennent-elles à tout le monde ? Ce qui inquiète le plus la communauté médicale, c'est la teneur en sodium. De nouveaux produits arrivent sur le marché comme les eaux aromatisées ou les machines pour gazéifier soi-même l'eau du robinet.

Light, mensonges et calories réalisé par Baya Bellanger



Apparus de manière fracassante dans les années 90, les produits light se sont installés dans les rayons et séduisent un quart des consommateurs. Pourtant, depuis quelques années, ils sont accusés de tous les maux : ils seraient plus chers, plus chimiques, moins goûteux et représenteraient un risque pour la santé. Qu'ils soient allégés en gras ou en sucre, ils séduisent une clientèle soucieuse de garder la ligne. Pourtant, rien ne prouve qu'ils sont efficaces pour maigrir, certains nutritionnistes pensent même qu'ils feraient grossir. Quant à l'aspartame, un édulcorant présent dans près de 6000 produits, il est au coeur de la controverse. Certains scientifiques l'accusent d'être cancérigène et demandent son interdiction.

Calais, ils font dans la dentelle réalisé par Valérie Jourdan & Éric Beauducel



Réputée dans le monde entier, la dentelle de Calais est confectionnée grâce à un savoir-faire ancestral. Fabriquée sur des métiers à tisser qui datent du XIXe siècle, elle a su s'adapter aux exigences de la confection moderne, au fil du temps. Prêt-à-porter, haute couture, lingerie, elle séduit, par son raffinement, toutes les formes de création. Mais face à la crise du textile et à la concurrence mondiale, les usines de Calais ont réduit de moitié leur production. Il ne reste plus aujourd'hui que trois fabricants de dentelle dans la région. En 2011, un créateur, un commercial et un financier, amoureux de la dentelle, ont racheté la société Desseilles Laces, bien décidés à la sauver et à la faire prospérer.s

Les énigmes du Sphinx réalisé par Gary Glassman & Christine Le Goff



Si les pyramides de Gizeh représentent la gloire de l'Ancien Empire d'Égypte, rien n'est plus représentatif de ses mystères que le grand Sphinx, ce lion colossal à tête d'homme qui garde la nécropole la plus célèbre au monde depuis plus de 4500 ans. Mais qui l'a construit et pourquoi ?

Si les pyramides de Gizeh illustrent la gloire de l’Ancien Empire d’Égypte, rien n’est plus représentatif de ses mystères que le grand Sphinx, ce lion colossal à tête d’homme qui garde la nécropole la plus célèbre au monde depuis plus de quatre mille cinq cents ans. Ainsi, alors que les anciens Égyptiens consignaient méticuleusement leur histoire et leurs croyances dans des textes sacrés, il n’est nulle part fait mention de l’immense statue érigée sur le site le plus fameux de l’empire. Qui a construit cette merveille de l’ancien monde, comment, et pourquoi ? Quel est ce visage énigmatique dont le regard semble traverser les millénaires ? Est-ce celui d’un mortel ou d’un dieu ? Que fait la tête d’un homme sur le corps d’un lion ?

Quête passionnée
Héritiers d’une longue lignée d’illustres archéologues qui ont fouillé le plateau de Gizeh, deux égyptologues mondialement connus, Zahi Hawass et Mark Lehner, ont passé les trois dernières décennies aux pieds du Sphinx. Ils ont voulu résoudre ses énigmes tout en le préservant de l’érosion et des nouveaux dangers causés par l’urbanisation et la pollution. Leur quête passionnée pour sauver ce monument phare de l’Antiquité a permis de nouvelles découvertes. Tous deux nous guident dans cette rencontre fascinante avec le Sphinx et ses énigmes, en compagnie de leurs confrères Christiane Zivie-Coche, Rainer Stadelmann, Günter Dreyer et Richard Lebeau.

Dawson City : le temps suspendu réalisé par Bill Morrison



L’histoire unique d’une ville canadienne au temps de la ruée vers l’or, racontée à travers une collection de films enterrée pendant cinquante ans dans le sol gelé.

À 560 kilomètres au sud du cercle polaire arctique, la ville de Dawson City est bâtie au confluent de la rivière Klondike et du fleuve Yukon, et repose sur un lit de permafrost. Autrefois camp de chasse et de pêche pour une tribu nomade indienne, la ville devient à la toute fin du XIXe siècle un centre névralgique de la ruée vers l’or, qui attire jusqu'à cent mille prospecteurs dans la région. En 1929, des centaines de films tournés sur place s'entassent dans le sous-sol de la bibliothèque de la ville. Cinquante ans plus tard, 533 d'entre eux seront exhumés par un bulldozer lors de la construction d'un centre de loisirs. À travers cette désormais célèbre collection de films muets et d'actualités, mais aussi d'autres archives et d'interviews, Dawson City : le temps suspendu recompose l’histoire unique d’une ville canadienne du temps de la ruée vers l’or, et l'étrange destin des images qui l'ont documentée. Bercée par une bande-son rêveuse, une troublante réflexion sur le passage du temps, qui évoque aussi l’exil des premiers occupants des lieux.

Sunday, 18 June 2017

Un siècle d'écrivain - Pierre Reverdy (1889-1960) réalisé par Robert Bober



La correspondance de Pierre Reverdy avec Pierre Rousselot est le fil conducteur de ce portrait et donne des indications biographiques sur l’enfance et l’adolescence du poète. Elle éclaire ce parcours qui n’est passé ni par l’étude, ni par les livres ; il évoque le départ pour Paris, puis la retraite à l’abbaye de Solesmes, suivie d’une conversion au catholicisme dont Pierre Dumayet cherche à percer le mystère. Dans l’œuvre écrite, Dumayet propose une approche des premiers poèmes en prose dont la publication en 1915 envenima les relations de Pierre Reverdy avec Max Jacob, et s’attarde sur la publication de la revue "Nord Sud", fondée par Reverdy, dans laquelle celui-ci publia un texte capital sur le cubisme. Les années noires de l’Occupation sont évoquées. Pierre Reverdy est absent de l’anthologie des poètes de la Résistance. Pierre Dumayet rappelle qu’il fut en effet reproché à Reverdy de continuer à écrire dans l’abbaye occupée par les Allemands, mais aussi qu'il refusa de rien publier durant cette période. Des cartes postales anciennes, des photos, des images de l’abbaye de Solesmes, illustrent le propos de Dumayet. En filmant des cours d’eau ou des sous-bois paisibles, Rober Bobert évoque les paysages d’enfance et restitue l’amour de Reverdy pour la nature. Avec la voix de Pierre Reverdy (extrait de la "Voix des poètes", France Culture)

New York face aux ouragans réalisé par Miles O'Brian



Les désastres causés par l'ouragan Sandy en 2012 jusqu'à New York ont incité la ville à réviser ses infrastructures afin de parer à une nouvelle catastrophe.

Jerry Lewis, clown rebelle réalisé par Gregory Monro



Digne successeur des grands maîtres (Buster Keaton, Charlie Chaplin, Stan Laurel), Jerry Lewis a passé sa vie au service du divertissement. Comique, cinéaste, producteur, philanthrope... : qui se cache derrière le masque élastique de l'as de la maladresse ? Retour sur une carrière à rebondissements.

C'est le visage des empotés, des pitres, des enfants, des souffre-douleurs, toujours au mauvais endroit au mauvais moment… Dès les années 1940, Jerry Lewis connaît un succès public fulgurant, notamment grâce à son duo avec Dean Martin. Mais son passage derrière la caméra, début 1960, brouille les pistes et braque les critiques sur sa légitimité à se proclamer "cinéaste", malgré la technicité et l'originalité extraordinaires dont il fait preuve dans sa mise en scène. Dès lors, Jerry Lewis entame un bras de fer avec les studios de Hollywood, pour lesquels il écrit, produit et réalise des œuvres singulières, comme Le tombeur de ces dames ou Dr. Jerry et Mister Love, connaissant la gloire et gagnant le respect en Europe, tout en étant simultanément rejeté par les critiques et le public américains.

Subversion par le geste
"Le plus pur comique, c'est celui qui se passe du verbe", commente Pierre Étaix, l'un des nombreux intervenants, en entretien ou en archives – aux côtés, entre autres, de Martin Scorsese et Jean-Luc Godard –, du documentaire de Gregory Monro. Digne successeur des grands maîtres (Buster Keaton, Charlie Chaplin, Stan Laurel…), Jerry Lewis a passé sa vie au service du divertissement. Mais s'il a fait de son corps l'arme polymorphe d'un burlesque qui s'embarrasse rarement de mots, c'est aussi pour mettre face à elle-même une Amérique oublieuse de ses plus faibles. Une des raisons, peut-être, du peu de succès rencontré dans son propre pays et du triomphe que lui a réservé l'Europe, notamment la France, où les cinéastes de la Nouvelle Vague ont salué en lui un pair, satiriste brillant, émouvant et hilarant, de son temps.

Let's dance ! (3-3) - Ceci est mon corps réalisé par Olivier Lemaire



Une histoire de la danse au XXe siècle, racontée à partir du corps des danseurs. Après le pied et la nudité, le dernier volet évoque les corps atypiques : corps noirs américains exclus des scènes blanches en pleine ségrégation, corps transgenres se réinventant dans le New York des années 1980 avec le voguing, corps affreux, sales et méchants du cultissime "May B." de Maguy Marin...

Longtemps la danse et son public n’ont autorisé que des corps jeunes, élancés et musclés, presque irréels de perfection et de grâce. Mais peu à peu, d’autres corps ont conquis leur droit à la scène et tiré de leurs différences une danse puissante et belle. Corps noirs américains exclus des scènes blanches en pleine ségrégation, corps transgenres se réinventant dans le New York des années 1980 avec le voguing, corps affreux, sales et méchants du cultissime May B. de Maguy Marin, corps vieux, gros, handicapés, corps immatériels des hologrammes…

Un siècle de danse
Se dénuder sur scène, montrer sa peau et son sexe, oser danser avec un corps qui ne colle pas aux canons, envoyer valser la pointe classique pour danser pieds nus… La danse elle aussi a vécu ses révolutions politiques, morales, esthétiques ou techniques. Let’s dance ! témoigne de ces bouleversements en regardant partout où la danse a fait bouger les corps et les lignes : sur scène, dans la rue, au cinéma, dans la publicité, la mode, etc. Du pied nu d’Isadora Duncan aux talons aiguilles Louboutin, de la discrimination raciale à la conquête du droit à un corps différent, Let’s dance ! regarde un siècle de danse.

Let's dance ! (2-3) - À poil réalisé par Olivier Lemaire



Une histoire de la danse au XXe siècle, racontée à partir du corps des danseurs. Un panorama en trois temps trois mouvements. Ce deuxième volet s'intéresse à la nudité dans la danse, une pratique presque commune aujourd’hui. Celle-ci n'est pourtant pas une fin en soi mais un outil dont disposent chorégraphes et danseurs.

Ce volet s'intéresse à la nudité dans la danse, une pratique presque commune aujourd’hui. Elle n'est pourtant pas une fin en soi mais un outil dont disposent chorégraphes et danseurs. La nudité est affaire de morale, de politique, de sexe, de pudeur, de provocation, bref de révolution. S'y intéresser, c'est donc voir ce que les corps nus ont à nous raconter.

Un siècle de danse
Se dénuder sur scène, montrer sa peau et son sexe, oser danser avec un corps qui ne colle pas aux canons, envoyer valser la pointe classique pour danser pieds nus… La danse elle aussi a vécu ses révolutions politiques, morales, esthétiques ou techniques. Let’s dance ! témoigne de ces bouleversements en regardant partout où la danse a fait bouger les corps et les lignes : sur scène, dans la rue, au cinéma, dans la publicité, la mode, etc. Du pied nu d’Isadora Duncan aux talons aiguilles Louboutin, de la discrimination raciale à la conquête du droit à un corps différent, Let’s dance ! regarde un siècle de danse.

Let's dance ! (1-3) - C'est le pied réalisé par Olivier Lemaire



Une histoire de la danse au XXe siècle, racontée à partir du corps des danseurs. Un panorama éblouissant en trois temps trois mouvements, centrés sur le pied, la nudité et les corps atypiques. Ce premier volet est consacré au pied, l’outil essentiel du danseur.

Le pied est l’outil essentiel du danseur, l’élément fondamental de sa virtuosité, de sa puissance et de son élégance. Mais il peut aussi revêtir d’autres rôles : se faire musical ou sensuel, épouser la tradition comme résister aux diktats.

Un siècle de danse
Se dénuder sur scène, montrer sa peau et son sexe, oser danser dans un corps qui ne colle pas aux canons, faire de ses défaillances une force, envoyer valser la pointe classique pour danser pieds nus ou en basket, claquer des pieds pour résister… La danse elle aussi a vécu ses petites et grandes révolutions. Révolutions politiques, morales, esthétiques ou techniques, qui font écho aux grandes évolutions culturelles et sociales du siècle. Let’s dance ! témoigne de ces bouleversements en regardant partout où la danse a fait bouger les corps et les lignes : sur scène, évidemment, mais aussi dans la rue, au cinéma, dans la publicité, la mode, la pop, etc. De Rudolf Noureev à Katy Perry, du pied nu d’Isadora Duncan aux talons aiguilles de Christian Louboutin, de la discrimination raciale ou sexuelle à la conquête du droit à un corps différent, Let’s dance ! regarde un siècle de danse.

Saturday, 17 June 2017

On se refait Palmade réalisé par France 3



À l'occasion des 30 ans de la carrière de Pierre Palmade, acteurs et humoristes se succèdent devant le public du Théâtre de Paris pour une représentation unique. Leur rôle : réinterpréter les sketches les plus célèbres de celui qui est pour beaucoup d'entre eux un modèle. En tout, onze de ses amis, parmi lesquels Alex Lutz, Arnaud Ducret, Max Boublil, Baptiste Lecaplain et Lorànt Deutsch, revisitent des sketches comme « Le Colonel », « Le Scrabble », «Le Joint », « Les Extraterrestres » et « Le Film porno ». Pierre Palmade lui-même est présent sur scène. À l'automne prochain, il reviendra avec un nouveau one man show, le premier en 7 ans, intitulé « Aimez-moi ! ».

L’archéologie à l’heure du high-tech réalisé par Susanne Brahms



Des milliers de nouveaux sites archéologiques ont pu être mis au jour grâce à des méthodes issues de la géophysique, initialement utilisées dans le domaine militaire. À Berlin, où des archéologues font appel à des créateurs de jeux vidéo pour recréer ce qui a disparu, les techniques de pointe nous plongent de façon saisissante dans l’Antiquité.

Qu'elle serve à repérer les traces en Irlande de remparts circulaires mentionnés dans les légendes et de tumulus du néolithique, ou des épaves sous-marines dans le port de Bremerhaven, la technologie permet aujourd’hui des avancées considérables en matière d'archéologie. Des milliers de nouveaux sites ont ainsi pu être découverts grâce à des méthodes issues de la géophysique, initialement utilisées dans le domaine militaire, notamment pour détecter des sous-marins ennemis. À Berlin, où des archéologues font appel à des créateurs de jeux vidéo pour recréer ce qui a disparu, les techniques de pointe nous plongent de façon saisissante dans l’Antiquité. La copie virtuelle d’un temple d’Alep dévasté par les bombes a ainsi pu être réalisée, le monument ayant été scanné au millimètre près avant le déclenchement de la guerre…

Friday, 16 June 2017

Les îles de sa Majesté - Les îles de Jersey réalisé par Julia Zantl



Un tour des îles britanniques à travers leur faune, leur flore, et surtout leurs habitants. Dernière étape dans un paradis... fiscal, l’île de Jersey.

Seuls 25 kilomètres à vol d’oiseau séparent l’île de Jersey, la plus grande des îles anglo-normandes, des côtes françaises. On retrouve son héritage normand dans l’architecture, les toponymes (comme celui de la capitale Saint-Hélier) ou encore le dialecte local, parfois appelé le normand de Jersey, le jersiais. Sa population est en constante augmentation, paradis… fiscal oblige : un Jersiais sur cinq travaille dans la finance, et les banques comme les cabinets d’avocats d’affaires pullulent. Mais la douceur du climat et les baies propices au surf contribuent aussi à la renommée de Jersey.

Les îles de sa Majesté - Les îles Scilly réalisé par Caroline Haertel



Un tour des îles britanniques, étonnamment diverses, à travers leur faune, leur flore, et surtout leurs habitants. Sur le passage du Gulf Stream, au sud-ouest de la Grande-Bretagne, s’étend l'archipel des Scilly, avec ses 140 îles et îlots, dont cinq sont habitées par 2.200 personnes au total.

Sur le passage du Gulf Stream, au sud-ouest de la Grande-Bretagne, s’étend l'archipel des Scilly, avec ses 140 îles et îlots, dont cinq sont habitées par 2 200 personnes au total. Ce paradis ensoleillé de l’Angleterre, propriété de la Couronne britannique, est fort prisé de la famille royale. Le coût de la vie et la modicité des salaires pousse les insulaires à faire preuve d'inventivité pour joindre les deux bouts. L’île principale, Saint Mary, s'est taillé une petite célébrité sur Internet, grâce à l'hilarante page Facebook du policier – et désormais auteur – Colin Taylor.

Les îles de sa Majesté - Les Hébrides extérieures réalisé par Martin Koddenberg & Kristian Kähler



Un tour des îles britanniques, étonnamment diverses, à travers leur faune, leur flore, et surtout leurs habitants. Au large des côtes écossaises, les Hébrides extérieures s'offrent aux déferlantes et aux vents de l’Atlantique Nord.

Au large des côtes écossaises, les Hébrides extérieures s'offrent aux déferlantes et aux vents de l’Atlantique Nord. Composé des îles Lewis et Harris, North Uist, Benbecula, South Uist et Barra, l’archipel est la terre de tous les extrêmes : des littoraux escarpés battus par les tempêtes côtoient des plages paradisiaques aux eaux d’un bleu turquoise. C'est là que Donald John MacKay a relancé le tissage du fameux Harris Tweed... À une centaine de kilomètres à l’ouest, l’archipel Saint Kilda, inhabité depuis les années 1930, accueille des millions d’oiseaux migrateurs.

Les îles de sa Majesté - L’île de Man réalisé par Marvin Entholt



Un tour des îles britanniques, étonnamment diverses, à travers leur faune, leur flore, et surtout leurs habitants. À mi-chemin entre l’Irlande et la Grande-Bretagne, l’île de Man, dépendance de la couronne britannique, est un territoire autonome – le premier au monde classé réserve de biosphère par l’Unesco.

À mi-chemin entre l’Irlande et la Grande-Bretagne, l’île de Man, dépendance de la couronne britannique, est un territoire autonome – le premier au monde classé réserve de biosphère par l’Unesco. Étape de choix pour les oiseaux migrateurs, l’île abrite une espèce ovine endémique, et bénéficie également d’une industrie de la pêche entièrement durable. Les insulaires, épris de leur île, prennent soin de ses espèces et de sa culture unique, qui remonte à l’installation des premières populations vikings.

Les îles de sa Majesté - Les îles Shetland réalisé par Friederike Schlumbom



Un tour des îles britanniques, étonnamment diverses, à travers leur faune, leur flore, et surtout leurs habitants. À l’extrême nord de l’archipel britannique, à l’ouest de la Norvège, seules seize des cent îles Shetland sont peuplées. Leurs habitants ne troqueraient leur vie dans cette nature sauvage pour rien au monde.

À l’extrême nord de l’archipel britannique, à l’ouest de la Norvège, seules seize des cent îles Shetland sont peuplées. Attachés à ses paysages de landes, à ces côtes déchiquetées, à ces eaux déchaînées et à son rude climat, leurs habitants ne troqueraient leur vie dans cette nature sauvage pour rien au monde. Rencontre avec quelques îliens authentiques et une faune qui ne l'est pas moins, des milliers de macareux moines qui viennent nicher l'été dans les falaises au poney mascotte de l'archipel en passant par les orques chasseuses de phoques.

Thursday, 15 June 2017

Des Racines et des Ailes: De l'Atlantique à la Méditerranée, au fil de la Garonne et du canal du Midi réalisé par France 3



Suivez-nous sur un parcours au fil de la Garonne et du canal du Midi ! Ce périple commence à Bordeaux, cité inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2007. Sylvain Schoonbaert, architecte, fait découvrir le port de la Lune, riche de 2 000 ans d'histoire. Le voyage se poursuit au fil de la Garonne entre villages fortifiés et trésors de l'abbaye de Moissac • Sur le canal du Midi entre Toulouse et Sète. La Ville rose est le point de départ du canal du Midi qui fête cette année ses 350 ans. Un chef-d'œuvre que l'on doit à l'ingénieur Pierre Paul de Riquet avec près de 300 ouvrages d'art sur plus de 240 km de long.

Wednesday, 14 June 2017

Le destin des autres - La demande d’asile en Allemagne réalisé par Sandra Budesheim & Sabine Zimmer



Chaque demandeur d'asile en Allemagne doit passer un entretien avec un agent décideur de l’Office fédéral pour l’immigration et les réfugiés. Ce documentaire suit deux de ces agents dans leur quotidien, l'un à Bingen, l'autre à Hambourg. Depuis l’entretien initial jusqu’au verdict, on suit avec eux tout le processus de réflexion qui décidera du destin d'un demandeur d'asile.

C’est une étape décisive dans le parcours des refugiés qui espèrent voir aboutir leur demande d’asile en Allemagne : l’entretien avec un agent décideur de l’Office fédéral pour l’immigration et les réfugiés (BAMF). Secondé par un interprète, chaque demandeur est interrogé sur son histoire personnelle et les raisons de son départ – la guerre, les persécutions, la misère…–, autant d'éléments qui serviront à son interlocuteur pour décider si leur demande, selon les lois en vigueur, peut ou non être acceptée. Avec le récent afflux de réfugiés, venus notamment de Syrie ou d’Afghanistan, le nombre d'agents a été multiplié par trois, passant de 370 à 1 775, et leur mission s'est considérablement complexifiée. Il s’agit en effet pour eux de composer avec les contraintes imposées par le ministère de l’Intérieur, avec les normes légales mais aussi avec sa conscience et son intime conviction : comment juger de la véracité d’un témoignage ? Comment annoncer un refus, qui condamnera l’individu à un difficile retour ? Peut-on être certain que la décision que l'on prend est juste ? Pour ce documentaire, Sandra Budesheim et Sabine Zimmer ont accompagné deux agents dans leur quotidien, l'un à Bingen, l'autre à Hambourg. Depuis l’entretien initial jusqu’au verdict, on suit avec eux tout le processus de réflexion qui décidera du destin d'un demandeur d'asile. Donnant également la parole à de futurs agents dans leur centre de formation ainsi qu'à des avocats, ce documentaire confronte les points de vue sur un sujet complexe dont l’évaluation demeure hautement subjective.

Les sentinelles du bassin réalisé par Philippe Lespinasse



Depuis les côtes Bretonnes, en passant par le bassin d'Arcachon et les îles de méditerranée, des hommes et des femmes ont choisi de défendre le patrimoine naturel des côtes françaises.

L'aventure de la TSF réalisé par Axel Engstfeld



À l'aube du XXe siècle, après plusieurs années de recherche, l'Italien Guglielmo Marconi met au point la télégraphie sans fil (TSF). C'est, dit-on, grâce aux messages de détresse envoyés par les opérateurs de TSF, que sept cents personnes purent réchapper du naufrage du Titanic, en avril 1912.

À la fin du XIXe siècle, le jeune Marconi arrive en Angleterre, prétendant pouvoir transmettre à distance des signaux en morse grâce à un dispositif dont il est l’inventeur. Cette technique attire l’attention de l’empereur Guillaume II, qui envoie un physicien espion assister à ses expériences. S’ouvre alors une lutte sans merci pour l’équipement des flottes civiles et militaires en Europe et aux États-Unis, officialisée par la création de la société allemande Telefunken.

Marconi, cependant, s’intéresse depuis longtemps à un projet bien plus audacieux encore : la liaison TSF transatlantique. Triomphant peu à peu des obstacles, il établit le 12 décembre 1901 la première liaison audible. Mais il est toujours confronté à l’alliance de nations décidées à briser son monopole, malgré le prix Nobel de physique reçu en 1909. C’est le naufrage du Titanic, en avril 1912, qui renversera la situation en sa faveur : sept cents personnes en ont réchappé grâce aux messages de détresse envoyés par les opérateurs de TSF, faisant dire au directeur de la Poste britannique : "Tous ceux qui ont été sauvés l’ont été grâce à un homme, M. Marconi." Désormais, tous les navires de plus de cinquante passagers doivent être équipés de la TSF et les deux géants, Marconi et Telefunken, mettent un terme à leur compétition.

Piano Forest réalisé par Masayuki Kojima


suite


Deux garçons de milieux sociaux différents partagent la même passion pour le piano... Adapté du manga homonyme à succès de Makoto Isshiki, ce long métrage d'animation aux lignes claires et réalistes est une ode à la musique classique.

Shûhei Amamiya, fils de bonne famille destiné à un avenir de pianiste professionnel, emménage dans une ville de province. Lors de sa première journée d'école, des camarades de classe le mettent au défi d'accorder un piano abandonné au milieu de la forêt. Alors que Shûhei tente en vain de faire revivre le mystérieux instrument, Kai, autodidacte béni des dieux, fait, lui, des prouesses. Malgré des conceptions différentes de la musique, une amitié naît entre les deux garçons qui présentent ensemble le concours des meilleurs pianistes. Lequel l'emportera ?

Clavier enchanté
Adapté du manga homonyme à succès de Makoto Isshiki, ce long métrage d'animation aux lignes claires et réalistes est une ode à la musique classique. Dès les premières images du film, le piano s'impose comme un personnage à part entière, qui s'anime de façon magique sur les partitions de Mozart, Beethoven et Chopin. La bande originale, composée par le musicien japonais Keisuke Shinohara, contribue à créer une atmosphère poétique.

Tuesday, 13 June 2017

Chevaux de prestige - L'écurie des Rockefeller réalisé par Wolfgang Wegner



Dans bien des cultures, le cheval occupe une place de choix, et fascine par sa beauté, sa force et sa fougue. Des traditions équestres encore perpétuées par la haute société du monde entier.

Depuis l'arrivée des premiers immigrants, le cheval fait partie de l'histoire du nord-est des États-Unis. La race équine vedette en Nouvelle-Angleterre - et notamment chez son aristocratie : le Morgan, cheval d'attelage et trotteur hors pair. Chaque année, des concours réunissent les plus grandes fortunes du pays - dont l'incontournable famille Rockefeller, propriétaire d'une luxueuse propriété ans le Maine. Nous suivons à l'entrainement Eileen Rockefeller Growald, la fille cadette de David Rockefeller, et visitons le haras Morgan horse farm, dans l'état du Vermont, principal centre de reproduction de la race.

Mon île, ma bataille réalisé par Caroline Conte & Julie Zwobada



Plages désertes, calme absolu et réveil aux chants des mouettes : le littoral français est parsemé de 1200 îles privées. Leurs propriétaires, le plus souvent passionnés par leur patrimoine, mènent un combat de tous les instants pour pouvoir continuer à y vivre. Dans le Finistère, sur l'île de Quéménès, les Cuisnier ont relancé une exploitation agricole et ouvert des chambres d'hôtes. Dans le Golfe du Morbihan, Catherine et Bernard Pallard ont fait de l'île Creïzic un écrin de verdure. En Gironde, sur l'île Margaux, Lionel de Mecquenem produit du vin. En Charente-Maritime, les Rousselot-Bellane celèbrent les 40 ans de l'acquisition du Fort Enet.

Les premières dames du Kremlin réalisé par Annette Baumeister



De la compagne de Lénine, Nadejda Kroupskaïa, à l'ex-Mme Poutine, les épouses des dirigeants soviétiques, puis russes, sont restées reléguées dans l'ombre. Ce documentaire tente de comprendre pourquoi.

"Zut, on a encore oublié Mme Poutine !", pourrait-on s'exclamer après avoir regardé ce documentaire, en paraphrasant un livre de Françoise Xenakis. De la compagne de Lénine Nadejda Kroupskaïa, la plus célèbre, à l'ex-épouse de l'insubmersible président russe (ils ont divorcé en 2013), prénommée Lioudmila, Annette Baumeister passe en revue les "premières dames" du Kremlin pour constater combien la République russe, comme l'Union soviétique, ont fait peu de cas d'elles. Le suicide à 31 ans, en 1932, de Nadejda, la jeune deuxième épouse de Staline, ne fut par exemple révélé qu'après la chute de l'URSS. Si Nina Khrouchtcheva (troisième femme de Nikita) fut la première de l'histoire à accompagner son époux dans ses missions officielles, si l'élégante Raïssa Gorbatcheva a notoirement relevé aux yeux du monde l'image du régime soviétique, les premières dames du Kremlin restent globalement reléguées dans l'ombre de leurs époux. Avec le secours de spécialistes de la politique russe, Annette Baumeister tente de comprendre pourquoi.

Trois jours en septembre réalisé par Torsten Körner



Au début du mois de septembre 2015, la chancelière allemande Angela Merkel décide de laisser entrer en Allemagne des milliers de réfugiés syriens bloqués en Hongrie. Retour sur trois jours qui ont changé l’histoire.

Dans la nuit du 4 au 5 septembre 2015, Angela Merkel traverse l’une des épreuves les plus difficiles depuis qu’elle est au pouvoir. En choisissant de suspendre la procédure Dublin, qui régit le droit d'asile en Europe, et d’ouvrir les frontières allemandes aux réfugiés bloqués en Hongrie, la chancelière a créé la surprise. Magnifique geste d’humanité pour les uns, faute grave aux conséquences dramatiques pour les autres, cette décision soulève chez les partisans comme chez les détracteurs d’Angela Merkel plusieurs questions : a-t-elle été prise unilatéralement et sous le coup de l’émotion ou en concertation avec d’autres acteurs européens ? Est-elle irrévocable ? Et quelles seront ses répercussions sur l’image de la dirigeante, sur l’Allemagne et l’Europe ? En retraçant en détail les événements survenus au cours de ces journées décisives et en donnant la parole à divers experts – historiens, journalistes, responsables politiques, membres de la police aux frontières et bénévoles –, ce documentaire analyse en profondeur la politique allemande et européenne en matière d’immigration et éclaire le téléspectateur sur les circonstances qui ont poussé Angela Merkel à prendre cette décision historique.

Monday, 12 June 2017

De la berceuse au chant de guerre - Pourquoi la musique existe-t-elle? réalisé par Christian Lehmann & Tobias Streck



La musique constitue toujours une énigme pour les scientifiques. Comment l’a-t-on découverte ? Et pourquoi les mélodies et les rythmes produisent-ils autant d’effet sur notre physique et notre mental ? Une enquête fouillée sur l’origine de la musique et ses multiples pouvoirs.

La musique est puissante : capable tour à tour d’émouvoir et d’enthousiasmer, elle peut aussi rendre fou ou donner la chair de poule. Depuis la nuit des temps, elle fait partie intégrante de la vie des hommes. Mais elle constitue toujours une énigme pour les scientifiques. Comment l’a-t-on découverte ? Et pourquoi les mélodies et les rythmes produisent-ils autant d’effet sur notre physique et notre mental ? Pour répondre à ces questions, les réalisateurs de ce documentaire se rendent dans des salles de concert et des laboratoires de recherche. Ils y rencontrent par exemple le chef d’orchestre Enoch zu Guttenberg, qui explique devoir toujours lutter contre les larmes lors d'un passage de la Passion selon saint Matthieu de Bach, alors même qu’il a dirigé cette œuvre soixante-trois fois au cours de sa vie. De son côté, le neuroscientifique Eckart Altenmüller étudie depuis plusieurs années le phénomène de la chair de poule provoquée par la musique. À travers ces témoignages, De la berceuse au chant de guerre livre une captivante étude sur les causes et les conséquences de la musicalité.

Matons violents : la loi du silence réalisé par Laurence Delleur



Dans les établissements pénitentiaires français, la violence exercée par certains gardiens envers des détenus est passée sous silence. Ces dix dernières années, de nombreuses plaintes accusant des surveillants de maltraitance ont été déposées auprès des magistrats. Elles n'aboutissent que très rarement à des condamnations : les preuves formelles demeurent difficiles à rassembler dans ce lieu dont ils possèdent les clés. Aujourd'hui, les langues commencent à se délier. Choqués par la violence de leurs pairs, certains gardiens se risquent à les dénoncer, brisant ainsi la loi du silence qui règne en prison.

Bons baisers de la Côte d'Azur réalisé par Emmanuelle Nobécourt


suite


Avant de devenir le mythe qu'elle est aujourd'hui, la Côte d'Azur n'était qu'une beauté sauvage. Puis une communauté de happy few, des Américains des années 20 - Sara et Gerald Murphy, Fitzgerald, Hemingway, Isadora Duncan - révèlent cette bande de terre bercée par un éternel été. Belle, radieuse, synonyme de nonchalance et de douceur de vivre, rythmée par le chant des cigales et le clapotis des vagues, la Côte d'Azur devient la muse des artistes, l'égérie de la Nouvelle Vague, le point de ralliement des stars et jet-setters. Ce document revient sur la métamorphose de ce coin de paradis en Riviera mondialement connue, avec pour guide la comédienne Emma de Caunes.

Sunday, 11 June 2017

Un siècle d'écrivains - Francis Ponge (1899-1988) réalisé par Jean Thibaudeau & Pierre Beuchot



Dans ce portrait de poète, on retrouve au fil des archives le regard aigu et la diction précise de Francis Ponge, chantre malicieux des objets quotidiens les plus humbles. Le film opère la synthèse d'une vie, d'une oeuvre simple et énigmatique. Après l'Occupation ("Le Parti-pris des choses" est paru en 1942), Francis Ponge poursuit son chemin à l'écart. Il fréquente les groupes de la N.R.F, ensuite Tel Quel, et se lie avec de nombreux artistes. Sa fille évoque les premières collaborations en 1945 avec Dubuffet, Braque, Fautrier, Picasso. La vie et l'oeuvre de Francis Ponge, étroitement entremêlées, sont évoquées par deux de ses amis: l'écrivain Jean Thibaudeau, qui a une connaissance profonde de l'oeuvre qu'il a commentée, analysée, rassemblée, et Christian Rist, metteur en scène et interprète des textes de Ponge, et qui associa étroitement le poète à son travail..

« Un siècle d'écrivains », numéro 203, diffusée sur France 3, le 25 septembre 1999, et réalisée par Jean Thibaudeau et Pierre Beuchot.

Christian & Christiane réalisé par Dariusch Rafiy



Avant d'être masculine ou féminine, notre identité est individuelle. En se glissant pendant deux ans dans la peau d'une femme, Christian Seidel a fait apparaître la masculinité comme une construction sociale.

Des années durant, Christian Seidel fut un producteur à succès, travaillant aux côtés de top models comme Claudia Schiffer ou Heidi Klum. Mais quelque chose ne tournait pas rond. Il ne se reconnaissait plus dans le rôle qu’il jouait, cette masculinité rigide que la société demande aux hommes, et qui passe par un rejet des valeurs dites féminines et une domination des femmes. Il décida alors de tenter une expérience : vivre comme une femme, sans pour autant se définir comme transsexuel.

L’expérience, dont il tirera un livre, Die Frau in mir ("La femme en moi"), dure deux ans. Au fil des jours, sa relation avec les femmes, notamment son épouse, gagne en richesse, tandis que les hommes se mettent sur la défensive. Sa nouvelle personnalité va jusqu’à transformer son corps, mettant en question la part d’acquis dans ce que l'on croit naturel. En explorant ce qu’il nomme sa "part de féminité", Christian fait apparaître la masculinité comme une construction sociale. Il se heurte à des préjugés, y compris les siens : en devenant Christiane, ne cède-t-il pas à des clichés sur la féminité ? Cette troublante déconstruction des rôles prouve que la frontière entre les sexes est mince : notre identité, avant d’être masculine ou féminine, est individuelle.

Absolument trans réalisé par Stéphanie Cabre & Claire Duguet



Longtemps confinée aux marges de la société, la culture transgenre éclate aujourd’hui en pleine lumière, de Caitlyn Jenner à Laverne Cox. Comment ses représentants sont-ils passés du statut de phénomènes à celui d’égéries mainstream ?

Le 24 avril 2015, l’Américain Bruce Jenner, décathlonien médaillé d’or aux Jeux olympiques de 1976, héros national, républicain, sex-symbol et patriarche de la famille Kardashian, fait son coming out trans en prime time devant 17 millions de téléspectateurs. Désormais, appelez-la Caitlyn ! Un cap historique vient d’être franchi : longtemps marginalisés, les transgenres s’affichent dorénavant dans les médias, la mode, la pub…

Révolution
Pour la première fois, un documentaire retrace leur histoire dans la pop culture. Des pionnières du cabaret parisien des années 1950 à Dana International, lauréate du concours de l’Eurovision en 1998, des muses de la Factory d’Andy Warhol aux Youtubeurs ès transitions, des icônes de la lutte pour les droits des trans à la star Laverne Cox, de Lili Elbe (The Danish Girl) aux sœurs (ex-frères) Lana et Lilly Wachowski, réalisatrices de Matrix, Claire Duguet et Stéphanie Cabre nous entraînent dans un voyage épique jalonné de déceptions et de victoires inattendues. Riche en archives, leur film donne la parole à des personnalités aussi bien américaines qu'européennes : Zackary Drucker, Buck Angel, Stéphanie Michelini, Katastrophe, Balian Buschbaum, Bambi, Jen Richards… Ensemble, elles reviennent sur l'histoire de la révolution transgenre, de ses origines à nos jours, où leur visibilité n'a jamais été aussi grande.

L’invasion des méduses - Une prolifération inquiétante réalisé par Britta Kunft



Cauchemar des baigneurs, les méduses sont en recrudescence sur une bonne partie de la planète. Ce phénomène est le signe que quelque chose ne tourne pas rond dans les mers du globe. Comme souvent, c’est l’activité humaine qui est en cause, notamment la surpêche. Enquête.

Si les recherches sur le sujet n’en sont qu’à leurs débuts, les experts semblent unanimes : l’augmentation exponentielle de la population de méduses à l’échelle mondiale est le signe que quelque chose ne tourne pas rond dans les mers du globe. Comme souvent, c’est l’activité humaine qui est en cause, notamment la surpêche. En raréfiant leurs prédateurs, mais surtout leurs "concurrents" dans la chaîne alimentaire – les petits poissons qui, comme elles, se nourrissent de plancton – la pêche intensive déséquilibre les écosystèmes marins. Le rejet des eaux usées et des polluants dans les océans entretient également leur prolifération, tandis que le réchauffement climatique et l’acidification des eaux leur offrent des conditions particulièrement favorables. De la Méditerranée à l’Atlantique en passant par la mer du Nord et la Baltique, ce documentaire aux images impressionnantes fait le point sur ce que la science peut nous apprendre au sujet de cette recrudescence et des solutions à y apporter.

La ruée vers les fonds marins du Pacifique - À la recherche du manganèse réalisé par Friederike Lorenz



Les tubercules de manganèse pourraient constituer la nouvelle source de métal de notre société high-tech. Le hic : ils sont cachés par quatre kilomètres de fond dans le Pacifique...

Les fonds sous-marins aiguisent de plus en plus les appétits des multinationales de l’énergie et des matières premières. Cela risque de s'intensifier avec la perspective d'exploiter les tubercules de manganèse présents dans les océans. La France, l’Allemagne, la Russie ainsi que de minuscules États insulaires espèrent profiter de cette nouvelle manne minière. Les conditions extrêmes (froid et pression de l'eau) pourraient décourager ces convoitises. Les océanographes s'inquiètent néanmoins pour la faune des eaux profondes. Une extraction du manganèse à grande échelle pourrait, selon eux, occasionner des dégâts comparables au déboisement des forêts tropicales.

Sur la piste de la faune
Pour en savoir plus, l’équipe allemande du bateau-laboratoire Sonne est allée enquêter sur un site où de profonds sillons avaient été creusés il y a vingt-six ans par quatre kilomètres de fond. Y a-t-il eu, depuis, une régénération de la faune et de la flore tout autour ? Des résultats très attendus par le monde scientifique, même s’il est peu probable qu’ils conduisent à stopper net la volonté d'exploiter le manganèse.

Les grands magasins, ces temples du rêve (4/4) Le Goum de Moscou réalisé par Inga Wolfram



Un tour du monde des grands magasins les plus fameux, symboles des prémices de la consommation de masse. Campé sur la place Rouge de Moscou, le Goum est devenu au fil de l’histoire l’un des plus fiers emblèmes de la capitale russe. Ce grand magasin élégant, surmonté d’une verrière, est sorti de terre en 1893, dans la Russie tsariste...

Campé sur la Place Rouge de Moscou, le Goum est devenu au fil de l’histoire l’un des plus fiers emblèmes de la capitale russe. C’est en 1893, dans la Russie tsariste, que ce grand magasin élégant, surmonté d’une verrière, sort de terre avec l'ambition de devenir le premier au monde. Nationalisé après la révolution d’octobre, il ne sera que le plus grand des magasins d’État soviétiques. Dans les années 1930 et 1940, ses bâtiments sont même réquisitionnés pour servir de base administrative aux services secrets. Après la chute de l'URSS, il a échappé plusieurs fois à la fermeture et à la destruction pour incarner à nouveau la quintessence de la consommation : une galerie marchande affichant les plus grandes marques de luxe étrangères.

Cary Grant, de l'autre côté du miroir réalisé par Mark Kidel



Un émouvant portrait voyage à travers les mondes de Cary Grant (1904-1986). Gentleman affable à l'écran, âme secrètement en souffrance à la ville : derrière la vedette hollywoodienne se cache une personnalité profonde, dévoilée par une autobiographie inédite et des films amateurs personnels.

Né Archibald Alexander Leach, en 1904 à Bristol, Cary Grant se retrouve à 11 ans pratiquement orphelin quand son père fait interner sa mère sans le lui dire dans une institution psychiatrique et s'en va refaire sa vie ailleurs. Le futur héros de La mort aux trousses, disparu en 1986, vivra l'absence maternelle comme un abandon qui le suivra la majeure partie de sa vie, au fil des échecs successifs de ses relations amoureuses. N'appartenant tout à fait ni à l'Angleterre de ses origines ni à l'Amérique de son succès, l'acteur tente de résoudre ses fêlures identitaires à travers des séances de psychothérapie sous LSD. "Tout le monde voudrait être Cary Grant. Moi aussi, je veux être Cary Grant ! ", plaisante-t-il.

Archives personnelles
Consignés dans une autobiographie jamais publiée, les pensées et les doutes de celui qui fut une icône de l'âge d'or hollywoodien jalonnent le film de Mark Kidel et mettent en lumière son intimité. Tout comme les images tournées par l'acteur lui-même : sa manière de cadrer les scènes de rue ou le visage de ses proches révèlent le regard poétique qu'il portait sur le monde et la vie. À ses archives personnelles, confiées par Barbara Harris, sa cinquième épouse, et Jennifer Grant, sa fille, se mêlent les extraits des grands films de celui qui fut l'acteur préféré d'Hitchcock, et qui a été sur scène acrobate, héros comique ou tragique et, surtout, homme du monde plein de charme. Structuré par les évocations de ses séances de thérapie, cet émouvant portrait voyage à travers les mondes de Cary Grant, de son enfance blessée à la célébrité, de la souffrance qu'il finit enfin, devenu père, par apprivoiser, à la sérénité.

Saturday, 10 June 2017

L’invasion des méduses - Une prolifération inquiétante ralisé par Britta Kunft



Cauchemar des baigneurs, les méduses sont en recrudescence sur une bonne partie de la planète. Ce phénomène est le signe que quelque chose ne tourne pas rond dans les mers du globe. Comme souvent, c’est l’activité humaine qui est en cause, notamment la surpêche. Enquête.

Si les recherches sur le sujet n’en sont qu’à leurs débuts, les experts semblent unanimes : l’augmentation exponentielle de la population de méduses à l’échelle mondiale est le signe que quelque chose ne tourne pas rond dans les mers du globe. Comme souvent, c’est l’activité humaine qui est en cause, notamment la surpêche. En raréfiant leurs prédateurs, mais surtout leurs "concurrents" dans la chaîne alimentaire – les petits poissons qui, comme elles, se nourrissent de plancton – la pêche intensive déséquilibre les écosystèmes marins. Le rejet des eaux usées et des polluants dans les océans entretient également leur prolifération, tandis que le réchauffement climatique et l’acidification des eaux leur offrent des conditions particulièrement favorables. De la Méditerranée à l’Atlantique en passant par la mer du Nord et la Baltique, ce documentaire aux images impressionnantes fait le point sur ce que la science peut nous apprendre au sujet de cette recrudescence et des solutions à y apporter.

Friday, 9 June 2017

Des voix au-delà de la censure réalisé par Mor Loushy



Censurés cinquante ans plus tôt en Israël, les témoignages de jeunes soldats de la guerre des Six-Jours, dont le futur écrivain Amos Oz, questionnent douloureusement la victoire. Un bouleversant voyage dans le temps.

En juin 1967, tout juste démobilisés de cette guerre éclair dont tout le pays célèbre l’issue dans l'euphorie, deux jeunes membres des kibboutzim déstabilisés par ce qu'ils ont vécu, le professeur de littérature Amos Oz et l'historien Avraham Shapira, décident d'interroger leurs camarades sur leur expérience du front, et enregistrent, soir après soir, quelque deux cents heures de récits. Certains disent leur fierté d'avoir écrasé les armées arabes et conquis Jérusalem, Gaza, le Sinaï et la Cisjordanie, comme leur soulagement d'avoir sauvé Israël de l'anéantissement promis par Nasser. Mais loin de la vision héroïque célébrée par la nation, ces jeunes gens sincères, qui racontent à leurs frères d'armes ce dont ils n'ont pu parler à personne, expriment aussi leur mal-être, parfois leur traumatisme. Ils confient leur effroi devant les exactions dont ils ont été témoins, leurs doutes sur la légitimité de l'occupation, leur désarroi d'avoir participé à l'évacuation des civils palestiniens chassés de leurs terres. L’armée israélienne autorise la publication d'une large part de ces témoignages, mais censure les plus critiques. Le livre qu'en tirent Oz et Shapira, The Seventh Day, devient un best-seller, puis sombre dans l'oubli. Près de cinquante ans plus tard, une jeune documentariste, Mor Loushy, confronte les anciens soldats à leurs douloureux récits d’hier.

Tête-à-tête
Le dispositif est simple, et d'emblée intensément émouvant : assis devant le magnétophone, les jeunes gens d'hier, devenus vieux, écoutent en silence leur propre voix, à cinquante ans de distance. Chacun, à l'issue du film, conclura sobrement le récit de quelques mots sur sa position actuelle quant à la guerre. Mor Loushy croise ces tête-à-tête entre passé et présent avec des archives saisissantes, dont beaucoup ramenées par d'autres soldats au fil de la bataille, mais aussi des images officielles de l'armée, des reportages et des films de propagande. Un bouleversant voyage dans le temps, qui résonne puissamment aujourd'hui.

Un siècle d'écrivains: Jack Kerouac "Un rêve américain au temps d'Hiroshima" réalisé par Michel Viotte & Éric Sarner



Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 100, sous-titrée "Un rêve américain au temps d'Hiroshima", diffusée sur France 3, le 27 novembre 1996, et réalisée par Michel Viotte et Éric Sarner.

Biographie filmée de l’auteur de "Sur la Route”, chef de file de la Beat Generation avec Allen Ginsberg et William Burroughs.

La salamandre de feu réalisé par Hans-Jürgen Zimmermann



Venue du fond des âges préhistoriques, la salamandre, un amphibien, possède la particularité de vivre en symbiose avec une algue, qui aide à sa reproduction.

J'irai Dormir Chez Vous - Allemagne réalisé par Antoine de Maximy



Berlin accueille Antoine d'une manière un peu particulière. Heureusement, le globe-trotter n'est jamais à court de ressources. Il atterrit ensuite à Bochum, une ancienne ville minière. Le beau temps n'est pas au rendez-vous, mais Antoine fait la connaissance de Daniel, un grimpeur hors du commun. Il termine son périple à Loburg en ex-Allemagne de l'Est. L'anglais y est très peu parlé et le contact est difficile. Helmut et sa femme Heike parviennent pourtant à lui raconteront la période communiste.

J'irai dormir chez vous - Namibie réalisé par Antoine de Maximy



Bardé de ses minuscules caméras, Antoine de Maximy débarque en Namibie, un territoire grand comme une fois et demi la France et peuplé de deux millions d'habitants. Son périple commence à Windhoek, la capitale. Il y rencontre deux jeunes hommes plutôt énigmatiques qui acceptent de l'héberger pour la nuit. Antoine reprend la route pour Vitvlei, un village isolé où il trouve logis chez Laura, une jeune femme pleine de vie. Antoine se dirige ensuite à Swakopmund, une charmante ville balnéaire. Il y fait la connaissance de Dimitri qui vient d'achever ses études en France. Le globe-squatteur termine son voyage à Opuwo dans le nord du pays. Son but : aller chez les Himbas, dont les femmes s'enduisent le corps de terre ocre.

Thursday, 8 June 2017

Le triangle de corail - Un profond secret réalisé par Richard Dennison & Bettina Dalton



À la découverte du plus riche biotope marin du globe : le triangle de corail. À cheval sur la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines et les îles Salomon, ce paradis sous-marin fait figure de laboratoire de l’évolution. Un périple scientifique en trois volets.

Avec ses eaux chaudes et ses poissons multicolores, le triangle de corail constitue un paradis sous-marin. À cheval sur la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines et les îles Salomon, ce territoire fait figure de laboratoire de l’évolution. Les chercheurs y ont découvert les trois quarts des espèces de corail connues. L’océanologue et biologiste Richard Pyle dirige une équipe de plongeurs dans la région. Leur périple, à bord du Seven Seas, voilier traditionnel indonésien, débute à l’est de Bali, au large des côtes de Flores. En étudiant l’extraordinaire faune de ce milieu corallien, ils cherchent à comprendre comment cet écosystème s'est développé. Serait-il le berceau de tous les récifs tropicaux ? Ce voyage dans le temps, qui nous ramène à la naissance des volcans sous-marins de la région, il y a vingt-trois millions d’années, apportera également des informations précieuses sur les effets du réchauffement climatique, de l’activité tectonique ou des techniques de pêche locales.

Le triangle de corail - Un foisonnement de vie réalisé par Richard Dennison & Bettina Dalton



À la découverte du plus riche biotope marin du globe : le triangle de corail. L’équipe de l’océanologue et biologiste Richard Pyle poursuit sa mission, afin d’étudier sa faune, notamment les grands cétacés, dont le nombre a chuté en quelques décennies.

L’équipe de l’océanologue et biologiste Richard Pyle poursuit sa mission au cœur du triangle de corail afin d’étudier sa faune, notamment les grands cétacés, dont le nombre a chuté en quelques décennies. Avec Benjamin Kahn, spécialiste de ces mammifères marins, nous suivons le couloir migratoire emprunté par les dauphins, baleines bleues et cachalots, dont ce passionné parvient à déchiffrer le langage à l’aide d’un hydrophone. Si la chasse à la baleine est ancrée chez les pêcheurs indonésiens, elle ne représente pas une menace pour ces espèces, contrairement aux porte-conteneurs géants qui sillonnent les mers et à l’accumulation de déchets plastiques dans l’océan.

Le triangle de corail - Un paradis en danger réalisé par Richard Dennison & Bettina Dalton



À la découverte du plus riche biotope maritime du globe : le Triangle de corail. Dans ce dernier épisode, l’équipe de Richard Pyle enquête sur l’impact de l’économie mondiale sur l’environnement fragile du Triangle, l’un des plus importants pôles économiques de l’Asie du Sud-Est.

L’équipe de Richard Pyle enquête sur l’impact de l’économie mondiale sur l’environnement fragile du triangle de corail, l’un des plus importants pôles économiques de l’Asie du Sud-Est. La pêche rapporte chaque année des milliards de dollars à la région. Mais la nature n’arrive plus à suivre le rythme, et le mode de vie des habitants s’en ressent également. C’est le cas des Bajau, surnommés les "nomades de la mer" : ce peuple de plongeurs hors pair, dont la survie dépend des ressources halieutiques, doit recourir à la pêche au cyanure ou à l’explosif, des techniques dommageables pour les récifs.

Wednesday, 7 June 2017

Santorin, aux sources de l'Atlantide réalisé par Nathalie Maynes



Des indices permettent de penser que l'île de l'Atlantide, évoquée par Platon, aurait réellement existé. Des chercheurs venus d'horizons différents relient la description faite par le philosophe à l'île de Santorin, située dans la mer Egée, au nord de la Crète. Il y a 3600 ans, cette île a abrité la civilisation minoenne, riche et puissante, dotée d'une architecture et d'une ingénierie très élaborées. Santorin révèle les traces d'une immense éruption volcanique, provoquant un tsunami qui a touché la Crète. Si le mythe de Platon est une fable morale, tout mène à croire qu'il s'inspire des événements qui ont eu lieu sur cette île.

Home, Suisse Home (2ème partie) La traversée des Alpes réalisé par Peter Latzko



Ce documentaire en deux volets propose de découvrir les sites helvètes les plus remarquables et leurs habitants. Avec notamment un photographe qui s'emploie à numériser les précieux manuscrits de la bibliothèque de l'abbaye de Saint-Gall, un garde-chasse de la vallée d'Elm, le paléontologue responsable du site de Monte San Giorgio...

Avec un photographe qui s'emploie à numériser les précieux manuscrits de la bibliothèque de l'abbaye de Saint-Gall ; un garde-chasse de la vallée d'Elm ; la conductrice de la ligne de train de l'Albula, qui relie Coire à Saint-Moritz ; le paléontologue responsable du site de Monte San Giorgio ; des producteurs de liqueurs du val Müstair ; les bénédictines du couvent Saint-Jean-des-Soeurs à Müstair.

Home, Suisse Home (1ère partie) La route des lacs réalisé par Peter Latzko



Ce documentaire en deux épisodes offre un survol des sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco et des rencontres fortes avec des personnages qui incarnent la Suisse d'aujourd'hui, entre tradition et innovation. Le périple débute sur les bords du lac Léman et se poursuit le long de la chaîne des Alpes, en direction du lac des Quatre-Cantons.

Avec notamment : le coordinateur d'un festival original organisé dans l'enceinte des bains publics des Pâquis, à Genève ; un sommelier d'origine ivoirienne qui connaît bien les vignobles en terrasses du Lavaux ; des spécialistes étudiant des vestiges préhistoriques sur les rives du lac de Neuchâtel ; un architecte installé à La Chaux-de-Fonds, centre mondial de l'horlogerie ; un maître artisan qui restaure avec patience les pierres de la cathédrale de Berne...

Tuesday, 6 June 2017

Un sécle d'écrivains: André Pieyre de Mandiargues, 1909-1991 : l'amateur d'imprudence réalisé par Evelyne Clavaud



Poète, romancier et auteur de nombreux articles sur l'art, André Pieyre de Mandiargues fut proche du mouvement surréaliste et ami d'André Breton. Le film évoque l'univers insolite et fantastique de l'écrivain à travers les témoignages de son ami de jeunesse, Henri Cartier-Bresson, de sa femme Bona et de sa fille Sibylle, de Julien Gracq (en vois off), d'Annie Lebrun et de Claude Leroy. A l'image, on voit l'appartement de l'écrivain, sorte de musée rempli d'objets insolites, minéraux et fossiles, que l'on retrouve dans ses récits, et des objets filmés au Museum national d'histoire naturelle, où il aimait de rendre.

Hollywood : l'âge d'or de la comédie réalisé par Andreas Baum



Hal Roach (1892-1992) a produit environ deux mille films de 1914 au début des années 1960, presque exclusivement des comédies. Il a su s’adjoindre le concours de sacrées vedettes, de Laurel et Hardy à Harold Lloyd en passant par les enfants de la série des "Petites canailles". Portrait d’un roi de la comédie.

Le centenaire Hal Roach (1892-1992) a produit environ deux mille films de 1914 au début des années 1960, presque exclusivement des comédies. Il a su s’adjoindre le concours de sacrées vedettes, de Laurel et Hardy à Harold Lloyd en passant par les enfants de la série des Petites canailles. Il a eu l’une de ces carrières légendaires dont s’enorgueillit l’Amérique : employé des chemins de fer, chercheur d’or, livreur de glaces, enfin chauffeur-routier à Los Angeles. C’est là qu’il commence comme figurant dans un western. Le cinéma ne le lâchera plus. Il crée bientôt ses propres studios que d’aucuns rebaptisent "Laugh Factory" ou "Lot of fun".

Ce documentaire comprend des extraits d'interviews d'Hal Roach in person, de ses filles Jeanne et Maria et de son petit-fils Addison Randall. Témoignent aussi Lois Laurel Hawes, la fille de Stan Laurel, les comédiens Walter Matthau, Bart Williams, Olaf Schubert et Antonia de Rendinger. Un joli portrait également illustré par des photos inédites animées en 3D, des films personnels et des archives qui nous font vivre des moments de pur bonheur en compagnie d'Harold Lloyd, Laurel et Hardy, Buster Keaton, Charlie Chaplin, etc.

L'extravagant monsieur Piccoli réalisé par Yves Jeuland



Michel Piccoli a tourné sous la direction des plus grands cinéastes : Godard, Demy, Cavalier, Hitchcock... S'appuyant notamment sur ses collaborations avec trois d'entre eux (Claude Sautet, Luis Buñuel et Marco Ferreri), Yves Jeuland retrace son éblouissante carrière. Portrait captivant d'un comédien hors norme.

En soixante-dix ans de métier, il a brûlé les planches et tourné dans quelque deux cents films, écrivant en parallèle des scénarios, produisant et réalisant même trois longs métrages. Formé au théâtre, où il débute en 1945, Michel Piccoli a déjà la quarantaine quand il émerge au cinéma. Repéré au début des années 1960 dans Le doulos de Melville, il entre enfin en pleine lumière avec Le mépris de Godard. Enchaînant les rôles, le comédien va tourner un demi-siècle durant sous la direction des plus grands réalisateurs : Costa-Gavras, Demy, Cavalier, Hitchcock… S'appuyant notamment sur ses collaborations avec trois d'entre eux – Claude Sautet, qui, des Choses de la vie à Mado, l'a dirigé à cinq reprises, Luis Buñuel et Marco Ferreri avec qui il a tourné sept films – Yves Jeuland brosse le portrait d'un acteur populaire, toujours prêt à prendre des risques dans des projets audacieux et maintes fois récompensé : prix d'interprétation à Cannes en 1980 pour Le saut dans le vide de Marco Bellocchio, césarisé à cinq reprises et obtenant un Molière deux années de suite pour Le roi Lear. Qu'aimerait-il que l'on retienne de lui ? "'Michel Piccoli a aimé son métier, il l'a servi de son mieux', ce serait pas mal et je crois que c'est vrai", ose-t-il au crépuscule d'une vie entière passée à jouer. Construit avec de nombreux extraits de films et d'interviews données par l'intéressé tout au long de sa carrière, l'émouvant portrait que lui consacre Yves Jeuland (Les gens du monde, Il est minuit Paris s'éveille) fait revivre tout un pan du cinéma français que cet acteur a marqué de son extravagant talent.

Dernières nouvelles de l'Atlantide réalisé par Jens-Peter Behrend



L'Atlantide aurait abrité, à l'âge du bronze, la fastueuse civilisation minoenne. Dès le Ve siècle avant J.-C., Platon en livre une première chronique en relatant l'histoire puis la disparition de l'Atlantide, île qui aurait été située en Méditerranée orientale, non loin de l'actuelle Crète. Le mystère de l'Atlantide est-il sur le point d'être éclairci ?

Raz-de-marée et tremblements de terre existent depuis toujours. Dès le Ve siècle av. J.-C., Platon en livre une toute première chronique en relatant l'histoire puis la disparition de l'Atlantide, île mystérieuse située en Méditerranée orientale, non loin de l'actuelle Crète. L'Atlantide aurait abrité, à l'âge du bronze, la fastueuse civilisation minoenne. Remontant le temps, le documentaire mêle deux destins : celui d'un jeune Minoen qui réussit il y a trois mille cinq cents ans à sauver de justesse une statuette, avant de périr lors de la secousse qui engloutit l'Atlantide. Et celui d'un jeune Américain qui survit au milieu des années 1950 à un fort séisme à Hawaii, et qui deviendra géologue. Aujourd'hui, Floyd McCoy travaille avec une équipe allemande. Ils analysent les phénomènes sismiques, notamment lors de plongées sous-marines, et réalisent des animations en 3D pour reproduire les mouvements tectoniques.

Les derniers hommes d’Alep réalisé par Feras Fayyad & Steen Johannessen



Une immersion au plus près des Casques blancs d’Alep, qui secourent les civils bombardés au péril de leur vie. Primé à Sundance, ce documentaire est une ode déchirante au courage de ces hommes confrontés à l’humanité qui se meurt.

Un homme scrute avec appréhension la trajectoire d’un avion à l’horizon. "À cause de ce salaud de Bachar, on regarde en permanence vers le ciel ! On ne regarde même plus devant nous !" Khaled est membre de la Défense civile syrienne, un groupe de volontaires également appelés "Casques blancs" qui portent secours aux civils assiégés, pris sous le feu des bombes larguées par le régime et son allié russe. À chaque nouvelle frappe, ces hommes ordinaires, autrefois ouvriers ou étudiants, s’engouffrent dans des fourgonnettes à bout de souffle pour sécuriser les zones ravagées, extirper les corps ensevelis sous les décombres, ramasser les membres disloqués… Comme Khaled, Mahmoud a choisi de mener, au côté de son jeune frère, ce combat exténuant, récompensé de trop rares victoires contre la mort. Malgré la peur, la rage et le désespoir qui les assaillent, l’un comme l’autre se refusent à abandonner Alep…

Cinéma direct
Témoin des tortures endurées par les travailleurs humanitaires dans les geôles syriennes, où il a été détenu à deux reprises, le jeune réalisateur Feras Fayyad, réfugié au Danemark, a entrepris de capturer, de 2013 à 2016 – d’abord par lui-même, puis à distance, par le biais de ses cameramen restés à Alep –, le quotidien de larmes, de poussière et de sang de Khaled, Mahmoud et leurs compagnons. Les images, heurtées, au plus près des gestes et des visages, précipitent dans l’urgence des opérations de sauvetage et témoignent, douloureusement mais sans voyeurisme, du supplice des habitants d’Alep-Est. Elles montrent aussi les fragiles instants de répit, d’une partie de football avortée à un passage chez le barbier en passant par l’achat de poissons rouges pour la fontaine reconstruite de la cour du quartier général. En focalisant cette chronique au long cours sur deux personnages puissamment attachants – Khaled, le père de famille débonnaire, et le sensible Mahmoud –, Feras Fayyad offre un regard intimiste sur l’action des Casques blancs, dévoilant la solidarité qui les unit, leurs rêves brisés, leurs conflits intérieurs, entre tentation de la fuite, pour mettre leurs proches à l’abri, et impossibilité d’abdiquer. Le portrait bouleversant de deux hommes au courage infini, qui ont tout sacrifié pour sauver les dernières bribes d’humanité dans une ville livrée au chaos qui sera leur tombeau.

Monday, 5 June 2017

Bonnie & Clyde - La véritable histoire réalisé par John Maggio



Bonnie Parker et Clyde Barrow comptent parmi les plus célèbres criminels du XXe siècle. Avec leur gang, ils passent dans les années 1930 du statut de petits voyous à celui de braqueurs de banques et d’assassins. Pendant deux ans, ils se livrent à une course-poursuite effrénée avec la police, qui tient en haleine la presse et des millions d’Américains, avant d’être finalement abattus au cours d’une embuscade le 23 mai 1934. Loin de l’image glamour façonnée par les journaux et, plus tard, par le cinéma, ce film raconte leur véritable histoire, et revient notamment sur les origines très modestes des deux malfrats. En donnant la parole à des proches du couple ainsi qu’à des historiens et écrivains, le réalisateur John Maggio explique comment Bonnie Parker et Clyde Barrow sont entrés dans la légende et pourquoi ils fascinent encore aujourd’hui au-delà des États-Unis.

Le cinéma dans l'oeil de Magnum réalisé par Sophie Bassaler



À l’occasion des 70 ans de Magnum, retour sur le lien noué entre les photographes de l'agence mythique et le monde du cinéma. Une plongée unique dans le regard des créateurs, parmi lesquels Robert Capa, Cartier-Bresson, ou Josef Koudelka.

L'agence Magnum, créée en 1947 par Robert Capa, est intimement liée au cinéma depuis soixante-dix ans. Ses photographes iconiques, Capa lui-même, Cartier-Bresson, ou plus tard Josef Koudelka ont accompagné des tournages, leurs réalisateurs et leurs vedettes. Ils ont ainsi documenté des scènes de vie quotidienne, de travail, ou choisi de s'écarter du cadre pour immortaliser leur propre vision artistique. Venant du reportage de guerre ou du documentaire, ces photographes du réel ont appliqué leurs méthodes de travail à ce monde d’illusions : appareil léger, lumière naturelle, photo sur le vif et sans retouches. Marilyn Monroe, James Dean, Kate Winslet, Michelangelo Antonioni ou Theo Angelopoulos sont passés sous l'œil de l'agence, instaurant un lien unique qui ne s'est pas défait en soixante-dix ans.

Fiction et réel
C’est par amour pour l’actrice Ingrid Bergman que Robert Capa prend la toute première photo de cinéma de Magnum sur le tournage des Enchaînés d’Alfred Hitchcock, inaugurant cette histoire entre l’agence et le cinéma. À partir de nombreux récits inédits, le documentaire retrace toute une vie d’histoires croisées entre deux mondes qu’a priori tout oppose : la fiction et le réel, comme cette rencontre en 1994 entre le réalisateur Theo Angelopoulos et le jeune photographe Josef Koudelka. Ils puiseront dans les Balkans, lieu de tournage du film Le regard d'Ulysse, des clichés et plans extraordinaires, tout en gardant chacun leur signature unique. Un témoignage passionnant sur le regard des créateurs, artistes de l'image, qu'ils soient derrière une caméra ou un appareil photo.

Made in Bretagne réalisé par Vincent Guérin



Hénaff, Armor Lux, Henriot-Quimper : ces marques emblématiques betonnes font partie du patrimoine et sont ancrées dans le cœur des Français. De la célèbre pâte au caramel au beurre salé, en passant par les marinières inusables et les bols bretons, ces produits ont toujours beaucoup de succès. Derrière ces sociétés parfois tricentenaires, il y a des entrepreneurs qui savent mettre en avant leur savoir-faire et sauvegarder les emplois. De Saint-Malo à Belle-Ile-en-Mer en passant par Brest et Quimper, découverte de la Bretagne qui réussit et qui s'exporte.

Le Paris des grands magasins réalisé par Pierre Toury



Atrium de neuf étages, coupoles multicolores, vitraux, espaces lumineux et grandes façades : créés au XIXe siècle, les magasins parisiens cultivent une mise en scène grandiose. Face à la concurrence des grands centres commerciaux en périphérie, au tournant des années 1970, ils ont pourtant failli disparaître. Des dizaines de millions d'euros sont investis dans la restauration de ces grands magasins, dignes des plus beaux bâtiments historiques de la capitale, afin de les ériger de nouveau en leaders du commerce.

Savoir faire, les ateliers du luxe réalisé par Hopi Lebel



Immersion dans l'univers du luxe au travers du travail des artisans qui réalisent le carré Hermès, le sac Chanel, les chaussures Weston et la bague Chaumet.

Consommateurs, tous au boulot ! réalisé par Nicolas Bourgouin



Main d'oeuvre éduquée, volontaire, créative et bénévole : une surprenante conception du monde du travail est en train de naître. Développée par des gourous du marketing américain dans les années 1980, la mise à contribution des consommateurs dans la production de biens et de services envahit progressivement tous les secteurs d'activités. Au coeur de la stratégie commerciale d'entreprises publiques et privés, elle devient désormais une règle incontournable.

Sunday, 4 June 2017

Joan Baez - How sweet the sound réalisé par Mary Wharton


suite


De ses premiers pas de musicienne à ses plus récents concerts, ce portrait de Joan Baez retrace un demi-siècle de chanson et de combats, grâce aux propos, sobres et lucides, de celle qui fut baptisée "reine du folk" alors qu'elle n'avait pas 20 ans, mais aussi aux archives rares de ses premiers concerts, et aux interviews de Bob Dylan, David Crosby ou Jesse Jackson.

Elle garde la voix pure, le charisme et la silhouette longiligne de ses premiers concerts, et reste aussi fidèle au folk de ses débuts qu’à ses engagements de la première heure. Si ses cheveux, désormais coupés court, ont grisonné, si son répertoire n’a cessé de se renouveler, Joan Baez, née en 1941, sait toujours électriser les foules avec la même inimitable douceur. De ses premiers pas de musicienne à ses plus récents concerts, ce portrait retrace un demi-siècle de chansons et de combats, grâce aux propos, sobres et lucides, de celle qui fut baptisée "reine du folk" alors qu’elle n’avait pas 20 ans, mais aussi grâce aux archives rares de ses premiers concerts, et aux interviews de Bob Dylan (qui fut son éphémère compagnon et qu’elle fit connaître sur scène), de son ex-époux, le militant pacifiste David Harris, de David Crosby, de Roger McGuinn, de Jesse Jackson…

Voix sereine
On découvre l’adolescente gracile lors de l’une de ses premières apparitions publiques au fameux Club 47 de Cambridge, la star en devenir du Festival de Newport où, en 1959, à 18 ans, elle donne un concert légendaire, l’activiste incarcérée pour son soutien aux objecteurs de conscience du Viêtnam, et conspuée pour être allée chanter à Hanoï… Un portrait émouvant et riche, bercé par la voix sereine d'une grande dame de la scène.

21 rue La Boetie réalisé par Virginie Linhart



21 rue La Boétie raconte la vie de celui qui fut l’intime de Picasso, Braque, Matisse, Laurencin, Léger et qui contribua à former le goût des Américains pour la peinture moderne. Dans l’entre-deux-guerres, le " 21 rue La Boétie " s’impose à Paris comme l’une des galeries d’art parisiennes les plus importantes d’Europe, grâce à l’oeil et au flair légendaires de Paul Rosenberg. En juin 1940, la débâcle française face à l’armée du Troisième Reich oblige les Rosenberg à s’exiler à New-York pour fuir l’antisémitisme d’Etat. Le 21 rue La Boétie, réquisitionné et pillé par l’occupant allemand, devient l’Institut d’Etude des Questions Juives. Cet office autoproclamé " spécialiste de la question juive " est notamment à l’origine de l’exposition " Le Juif et la France ", summum de l’antisémitisme public. A la fin de la guerre, de retour en France, Paul Rosenberg découvre que la majeure partie de sa collection a été volée par l’ERR, l’état major nazi chargé de confisquer les biens artistiques des juifs. Le marchand consacrera tout le reste de sa vie à rechercher ses 400 tableaux disparus. Si on peut admirer aujourd’hui les chefs-d’oeuvre de la collection Rosenberg, c’est grâce à cette quête incessante qu’il n’interrompit qu’à sa mort.

A partir d’un long entretien sonore inédit avec Anne Sinclair, le documentaire retrace en images d’archives, au moyen d’illustrations graphiques animées et grâce à de nombreuses photographies, lettres et documents inconnus de la famille Rosenberg, la trajectoire de cet homme d’exception. Virginie Linhart tisse ici le récit intime d’une vie marquée par la passion pour l’art et la Grande histoire, dont Paul Rosenberg a été tout à la fois le témoin et la victime.

Europe, she loves réalisé par Jan Gassmann


suite


Le quotidien de quatre jeunes couples dans une Europe déclinante. Un documentaire choral qui interroge l'amour comme force de résistance politique. Pour approcher au plus près leur réalité, Jan Gassmann ne recule devant aucune audace formelle, jouant avec les codes de la fiction et du documentaire.

Comment l'amour survit-il dans des contextes de crise économique et sociale ? Europe, she loves suit pas à pas, dans quatre pays, quatre jeunes couples en proie au doute. À Séville, Juan, 21 ans, et Caro, 23 ans, découvrent les joies d’un amour naissant. Mais ils n'ont aucun projet d'avenir... Siobhán, 28 ans, et Terry, 23 ans, vivent à Dublin. Au début de leur histoire, ils sont tombés dans l’héroïne. Ils s’apprêtent à se lancer dans une vie commune – mais leur passion semble s’estomper. À Tallinn, Veronika, gogo-danseuse de 29 ans, et son petit ami Harri, 31 ans, sont confrontés aux complications d’une famille recomposée. À Thessalonique, Penny, 23 ans, s’apprête à quitter son compagnon de longue date, Nico, 31 ans, pour partir travailler en Italie. Mais comment se séparer de quelqu’un qui vous aime trop ?

Intimité crue
Autant d’épisodes entremêlés qui forment une parabole du continent européen et de ceux qui y vivent. Europe, she loves décrit avec empathie ces quatre couples, pour qui la sphère de l’intime et des émotions devient l'unique refuge dans leur lutte pour s’assurer un futur. Pour approcher au plus près leur réalité, Jan Gassmann ne recule devant aucune audace formelle, jouant avec les codes de la fiction et du documentaire. Filmant ses protagonistes avec une rare aisance, même dans les scènes de sexe, il insuffle à son film une émotion simple, une évidence, qui donne l'impression de saisir avec précision les émotions éparses qui constituent une relation amoureuse. Un film sur la politique de l’amour en temps de crise.

Zapped - Frank Zappa par Frank Zappa réalisé par Thorsten Schütte



Musicien surdoué et iconoclaste, Frank Zappa a aussi porté un regard acéré sur son époque. À travers ces archives rares et oubliées, le film de Thorsten Schütte dessine un portrait incisif d'une rock-star controversée.

Quand, le 4 décembre 1993, Frank Zappa disparaît, le monde perd avec lui l'un de ses artistes les plus créatifs, mais aussi l’un de ses plus grands provocateurs. Connu pour ses paroles acérées, régulièrement boycotté et censuré par les radios et l’industrie du disque, le compositeur et guitariste américain compte parmi les personnalités les plus énigmatiques et les plus controversées de l’histoire de la musique du XXe siècle. Que ce soit comme enfant terrible du rock avec son groupe The Mothers of Invention, comme satiriste iconoclaste dénonçant la politique et la société ou comme businessman autodidacte gérant sa propre production, la radicalité de ses compositions et son opinion intransigeante ont polarisé les passions.

Anticonformiste
Pendant presque un demi-siècle, les radios et télévisions du monde entier ont documenté les nombreuses activités et prises de position du grand Zappa. Ses commentaires décapants sur l’État et la religion, l’industrie du disque et la culture des jeunes constituent une lecture musicale, sociopolitique et plutôt radicale de son temps. À travers ces archives rares et oubliées, le film de Thorsten Schütte dessine un portrait protéiforme de Zappa : celui d'un musicien surdoué et influent, mais aussi d'un exceptionnel commentateur et critique de son temps. L’occasion de revisiter tout un pan de la culture populaire et de bousculer au passage quelques idées reçues sur l’homme et l’artiste qu'il fut.

Brain Beats - Entendre le futur réalisé par Andrea Lamount



Peut-on se fier à nos oreilles ? Une exploration de l’ouïe, sens dont l’importance est sous-estimée alors même qu’il pourrait nous réserver des surprises dans le futur.

L’ouïe est un sens capital pour notre compréhension du monde. Pourtant, son importance est largement sous-estimée, en raison surtout de l’attention excessive que nous accordons à nos perceptions visuelles. Il s’agit là d’une erreur fréquente, que pointe le chercheur Trevor Cox grâce à une expérience simple mettant en lumière les pouvoirs de l’acoustique : privé de tous ses effets sonores et musicaux, un film ou un jeu vidéo ne parviendra pas à captiver le spectateur. À l’inverse, une bande-son écoutée les yeux fermés peut faire naître en nous quantité d’images et d’émotions. Brain Beats part à la rencontre de chercheurs, acousticiens, musiciens et passionnés – mais aussi d’enfants sourds de naissance – qui se confrontent tous les jours à la fascinante et insaisissable nature des sons. Les questions abordées vont de la place des perceptions sonores dans l’évolution des espèces jusqu’au rôle que jouerait l’ouïe si l’humanité était amenée à s’exiler un jour dans l’espace, où le son ne peut se propager…

Saturday, 3 June 2017

Maurizio Pollini, de main de maître réalisé par Bruno Monsaingeon



De Bach à Stockhausen en passant par Verdi, Chopin, Schoenberg, Boulez et Nono, le pianiste italien Maurizio Pollini a joué les plus grands compositeurs avec les orchestres les plus célèbres. Documentariste amoureux de la musique et des musiciens, Bruno Monsaingeon signe un portrait précis et émouvant du maestro.

Artiste connu dans le monde entier, très prisé du public comme des critiques, Maurizio Pollini, invité depuis plus de quarante ans dans toutes les grandes salles de concert européennes, américaines et japonaises, a joué avec les orchestres les plus célèbres. La grandeur du pianiste et la richesse de ses interprétations, sa discrétion, son affabilité et son intelligence constituent la matière première de ce documentaire, principalement fondé sur un long entretien, sur des archives et des concerts filmés.

Aficionado éclairé et grand spécialiste musical, portraitiste entre autres de Glenn Gould, Sviatoslav Richter ou Yehudi Menuhin, Bruno Monsaingeon ne laisse rien au hasard. Du parcours de Maurizio Pollini (concours Chopin, musique d'avant-garde...) à ses rencontres, sans oublier son répertoire, de Bach à Stockhausen en passant par Verdi, Chopin, Schoenberg, Boulez et Nono, le film retrace le parcours d'un artiste unique et habité, mais aussi celui d'un homme engagé : après avoir adhéré au Parti communiste italien, il milita activement contre la guerre du Viêtnam.