Sunday, 4 June 2017

Joan Baez - How sweet the sound réalisé par Mary Wharton


suite


De ses premiers pas de musicienne à ses plus récents concerts, ce portrait de Joan Baez retrace un demi-siècle de chanson et de combats, grâce aux propos, sobres et lucides, de celle qui fut baptisée "reine du folk" alors qu'elle n'avait pas 20 ans, mais aussi aux archives rares de ses premiers concerts, et aux interviews de Bob Dylan, David Crosby ou Jesse Jackson.

Elle garde la voix pure, le charisme et la silhouette longiligne de ses premiers concerts, et reste aussi fidèle au folk de ses débuts qu’à ses engagements de la première heure. Si ses cheveux, désormais coupés court, ont grisonné, si son répertoire n’a cessé de se renouveler, Joan Baez, née en 1941, sait toujours électriser les foules avec la même inimitable douceur. De ses premiers pas de musicienne à ses plus récents concerts, ce portrait retrace un demi-siècle de chansons et de combats, grâce aux propos, sobres et lucides, de celle qui fut baptisée "reine du folk" alors qu’elle n’avait pas 20 ans, mais aussi grâce aux archives rares de ses premiers concerts, et aux interviews de Bob Dylan (qui fut son éphémère compagnon et qu’elle fit connaître sur scène), de son ex-époux, le militant pacifiste David Harris, de David Crosby, de Roger McGuinn, de Jesse Jackson…

Voix sereine
On découvre l’adolescente gracile lors de l’une de ses premières apparitions publiques au fameux Club 47 de Cambridge, la star en devenir du Festival de Newport où, en 1959, à 18 ans, elle donne un concert légendaire, l’activiste incarcérée pour son soutien aux objecteurs de conscience du Viêtnam, et conspuée pour être allée chanter à Hanoï… Un portrait émouvant et riche, bercé par la voix sereine d'une grande dame de la scène.

No comments:

Post a Comment