Monday, 11 September 2017

Paris 1907, la fureur Picasso réalisé par Jean-Loic Portron



À partir du célèbre tableau de Picasso Les demoiselles d'Avignon, Jean-Loïc Portron retrace l'extraordinaire effervescence artistique du Paris de la Belle Époque.

Il est peu de coups d'État dans l'histoire de l'art comparables par l'audace et le succès à celui que Picasso réalise en 1907 lorsqu'il montre à ses amis stupéfaits son tableau Les demoiselles d'Avignon. Picasso a 25 ans, il a quitté l'Espagne trois ans auparavant. Vivant dans la bohème du Bateau-Lavoir, une bâtisse de Montmartre investie par une colonie d'artistes sans le sou, partageant un atelier vétuste avec la belle Fernande Olivier, le jeune peintre n'est déjà plus un inconnu. Des collectionneurs (les Américains Gertrud et Leo Stein, le Russe Chtchoukine) ont remarqué sa prodigieuse habileté. Le poète Guillaume Apollinaire, voix écoutée au sein de l'élite artistique, chante ses louanges. Un jeune Allemand de 23 ans, Daniel-Henry Kahnweiler, est fasciné par le génie qu'il discerne dans ses toiles. Celui qui deviendra le marchand et l'ami de Picasso ouvre sa première galerie en 1907...

Révolutions
Après Les demoiselles d'Avignon, l'art moderne ne sera plus jamais le même. Le tableau annonce ce qu'on appellera bientôt le cubisme, cette antichambre de l'abstraction qui voit Picasso et son ami Braque briser méthodiquement les objets et les êtres pour s'approprier le secret de leur vie. Mais c'est une révolution qui échappe, sur le moment, à la plupart des contemporains de Picasso. À la même époque, d'autres révolutions artistiques ou littéraires ont lieu, sans lien direct entre elles. Debussy, Ravel ou Satie bouleversent la musique, mais ignorent tout des découvertes du peintre. Proust réunit les matériaux qui lui serviront à écrire À la recherche du temps perdu. Pendant ce temps, sur les boulevards, on s'enthousiasme à propos de Feydeau, dont La puce à l'oreille triomphe au Théâtre des Variétés ; on se passionne pour les péripéties du raid automobile Pékin-Paris ; et on s'indigne que le cycliste Georget, qui dominait le Tour de France, ait été disqualifié...

No comments:

Post a Comment